Hellcome on Dreadful!
Hansel & Gretel
Administrateurs
Profil - MP
Quand la mort n'est pas là, les zombies dansent
- Dans ce monde envahi par des créatures plus étranges les unes que les autres, les Zombies avaient décidés de vivre en paix, il y a déjà quelques décennies. Mais le pouvaient-ils vraiment ? Pour ces êtres, la seule présence d'un être au sang chaud créait chez eux une irrépressible envie de viande fraîche ! Le cerveau, organe succulent s'il en est, eut donc tôt fait de menacer la paix qu'ils avaient cherchés à obtenir. C'est alors qu'une décision extrême fut prise : Les Zombies allaient s'exiler sur une île déserte, rien qu'à eux, et vivre en autarcie ! Ainsi fut créée Dreadful, l'île des morts-vivants !


 

Partagez|

Page Six

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 348
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Page Six Mar 2 Juin - 12:05

Le temps passait de manière désagréable et Kenneth Wolfberg aurait très bien souhaité en finir au plus vite avec cette histoire à dormir debout. S'affaissant dans un fauteuil, il soupira, nauséeux. C'est vrai, la présence de Nataku lui faisait du bien. La morveuse, toujours aussi agitée, le distrayait et il sentait qu'il y avait près de lui quelqu'un en qui il pouvait avoir confiance. Actuellement, Il n'avait plus reparlé à Lully depuis, pas même pour s'enquérir de l'état de ses blessures. Il était toujours fâché contre elle qu'elle lui ait caché cette part d'elle-même, cette saloperie de part nécromante !
Cela, cependant, le gênait d'être fâché contre elle car il ne pouvait alors plus parler à grand monde. Et puis, il savait bien que la Succube faisait du mieux qu'elle pouvait, gardant le fantôme les ayant précédemment assailli sous son contrôle. Lully espérait l'utiliser par la suite en cas de problème, mais Ken n'y voyait là qu'une menace supplémentaire, traînant en sa demeure même. Il grimaça un air épuisé.
L'horloge brisé accrochée au mur n’égrainait pas plus les secondes que le faisaient les battements d'un cœur ayant été arraché de sa poitrine lors d'un geste aussi naturel que celui de respirer. Il porta la main à ce trou dans son torse, recouvert sous les vêtements, puis la glissa en direction de son visage, remontant doucement jusqu'aux bandages le recouvrant presque entièrement. Seuls demeuraient visibles ses yeux, sans lesquels il aurait eu bien de mal à travailler.
L'ancien affrontement lui avait brûlé le reste de peau qu'il possédait, la faisant fondre sur des os encore blancs. Kenneth avait refusé la proposition de la fenrir, qui était de recoudre cette horreur pour lui rendre un semblant d'humanité. L'humanité ? Cette blague ! Il n'avait besoin que d'une seule chose; c'était de rester lui-même. Et d'avoir un peu de paix de temps à autre.

Sans pour autant lui manquer, il n'osait s'avouer que l'absence de Turold le dérangeait. Il attendait avec une certaine impatience mêlée d'agacement l'heure où celui-ci lâcherait sa toute nouvelle petite amie pour retourner avec lui au travail, sur l'élaboration de ce foutu antidote.
Le temps passant, il n'y tint plus et se leva, prêt à retourner au travail ou vers n'importe quelle forme d'auto-mutilation morale. Hors de question qu'il reste une seconde de plus ici, à s'ennuyer comme pas possible !
Ce n'est qu'à ce moment que Turold franchit le seuil de la porte... Accompagné. Il lança un regard noir à son collègue de travail, qu'avait-il à ramener ici une inconnue ?!

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Turold Darkest
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 23
Profession : Scientifique au Laboratoire Cinq Flèches
Cerveaux : 66
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Loyal Bon
MessageSujet: Re: Page Six Mar 2 Juin - 12:38



Après une longue discussion avec Esther, ces derniers avaient décidés d'en parler au principal intéressé, espérant que celui-ci y montre assez d'intérêt pour trouver une solution à la situation. Turold ne savait pas si le choix était bon... Tout deux étaient amis, c'est vrai, mais Kenneth montrerait-il assez de compassion pour s'intéresser au sort de l'enfant ? Dans tous les cas, ils avaient besoin d'aide. Affronter une famille aussi puissante que les Wolfberg ne pouvait se faire seuls. Turold avait gardé l'enveloppe et son contenu. Réflexe de scientifique nouvellement acquis, il l'avait ramassé par terre après qu'elle lui soit tombé des mains et refermée soigneusement. Le colis glissé dans la poche de son sweat, il le ramena au laboratoire lorsqu'il se sépara d'avec Esther, la nuit tombée.
En rentrant, il l'avait jeté dans une jarre de formol, espérant qu'il n'aurait jamais à s'en servir. Faire cloner l'enfant si la mission échouait... Mais elle ne serait jamais la vraie Davina, celle qu'il avait connu. Son cœur se serra, la fillette... Était d'une compassion immense, toujours prête à sourire pour remonter le moral aux autres malgré la récente perte de son père. Elle avait gardé son chevet sans relâche lorsqu'il récupérait de ses blessures et la première à intervenir lorsque, les sbires l'ayant vaincus, ils comptaient le mettre à mort.
Il aurait dû veiller à ce qu'il ne lui arrive rien en représailles. Et sa mère ? Kikyo ? Dans quel état se trouvait-elle, la pauvre femme ? Il espérait qu'ils ne lui aient rien fait mais ne réussissait à se faire d'illusions... Ils l'avaient surement tuée avant de prendre l'enfant, ses ennemis ne faisant pas le moindre cadeau.

Il ne dormit pas de la nuit. Il aurait pu la passer avec son amante, mais était bien trop mal pour ne pas rester seul. Il s'était recroquevillé au fond de son lit et avait pleuré silencieusement, dépassé qu'il était par les événements. Il aurait aimé trouver la force de faire quelque chose...
L'aube se leva, traîtresse, et Turold s'extirpa du lit endolori par des crampes traîtresses. Il tint debout tant bien que mal et se hâta vers la salle de bain accolée à sa chambre où il se rinça abondement le visage et se débarbouilla un minimum. Le henné noir sur ses plaies tenait bon, bien qu'il déteint un tant soit peu sur le reste de la figure. Il s'observa quelques instants dans le miroir, se faisant peur à lui-même de part son air mal réveillé. Il s'habilla en vitesse, ou plutôt, changea de tenue, ayant dormi dans ses vêtements de la veille. Puis, attrapant un steak cru au passage dans le mini-frigo situé sous son lit, il fonça au point de rendez-vous décidé avec Esther. Toute l'histoire, ils la raconteraient ensembles. Hors de question que l'un d'entre eux affronte seul(e) la situation. Turold avait l'estomac noué.

Il rejoint la jeune femme près du bar de leur rencontre et attrapant sa main sans aucune brusquerie, lui adressa un 'bonjour' calme. Il l'invita à le suivre, la remerciant du soutien qu'elle apportait. Ils ne seraient pas trop de deux pour convaincre le vieux Zombie qu'un coup de main était plus que nécessaire, Davina étant en danger à cause de lui.
Il s'en voulut quelques instants de rejeter sur quelqu'un d'autre une faute n'étant que sienne. Il aurait dû prévoir ce qui allait se passer...

Le laboratoire Cinq Flèches était situé en haut d'une montagne assez haute, en plein dans les neiges éternelles la recouvrant. Il y faisait très froid et sec, mais en cette journée de printemps, nul vent ne venait rendre plus difficiles les conditions de marche. Ils en eurent pour deux bonnes heures pour arriver, les mêmes deux heures qu'il avait pris le matin pour aller chercher la belle. Il lui montra au passage l'endroit où il habitait, car il vivait sur son lieu de travail.
Le laboratoire était une immense forteresse d'une matière semblable au verre ou encore à la glace. Le touché n'étant cependant pas froid bien que l'intérieur soit d'une température plutôt fraîche. Il n'hésita pas à pousser la porte d'entrée. Dedans, c'était sobre. Peu de meubles inutiles, juste le minimum pour travailler. Les couloirs, eux, étaient vides. Turold, accompagné d'Esther, chercha à droite à gauche jusqu'à ouvrir la bonne porte, celle de la salle de documentation.

La salle de documentation était une pièce d'une cinquantaine de mètres carrés, regroupant un maximum d'ouvrages, quelques pupitres pour travailler et des fauteuils vieillis. Cela ressemblait plus ou moins à une bibliothèque, sauf que tous les livres, traitant de découvertes et d'avancées scientifiques intéressants leur recherche, se trouvaient manuscrits. Énormément d'ouvrages traînaient au sol et il était horriblement dur de tous les enjamber.

Il n'avait pas revu le Zombie depuis des jours et remarqua que ce dernier avait soudain choisit d'enfouir son visage sur des bandages. Au vu de l'état de la salle de virologie, dont il avait constaté le désordre la veille, il se doutait que quelque chose de mauvais s'était passé. Les aurait-on déjà attaqués ? Et si l'échange d'otage n'était qu'une diversion pour s'en prendre à eux directement ?
Bien sûr, il avait remarqué l'air sombre qu'avait son ami. Il devait détester l'idée qu'il ait ramené Esther ici. Turold combattit le malaise s'étant installé entre eux trois et se lança tout en fermant à clé la porte derrière eux...

- Ah, oui, je suis venu avec Esther. On a à te parler de quelque chose de très important.

_________________



falling in love, a hard decision
saying things like, "I will protect you."
making the same promise during each end
will you crumble painfully?

it's okay if it's true love
-Ai no Shiren!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Esther Lorelei
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 47
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement:
MessageSujet: Re: Page Six Mer 3 Juin - 8:01

On s'était quitté le soir, bien difficilement. J'étais alors rentrée directement chez moi. La fatigue et l'inquiétude ne formaient pas vraiment le meilleur des mélanges sur moi. Tout s'était déroulé très vite. Tout ce que je voulais c'est que tout redevienne normal. Arrivée à la maison, la nuit était déjà bien tombée, et j'étais très fatiguée. Au point que je me couche sans manger. Je m'étais mis bien au chaud sous la couverture, avec une vague d'inquiétude au ventre. Comment tout ça allait se terminer ? Y aura-t-il... des morts ? Pleins de questions se bousculaient dans ma tête, m'empêchant de trouver le sommeil. Celui ci ne vint que très tard m'emporter dans les bras de Morphée. Le lendemain se sont les rayons du soleil qui me réveillèrent. Mais pas violemment. Je sortis du lit, alla prendre ma douche directement, et pris un petit déjeuner en vitesse. Aujourd'hui ma journée allait être bien remplie, par rapport à d'habitude. Comme convenu, je rejoignis Turold au point de rendez-vous que l'on s'était fixé, avant de partir pour le fameux Laboratoire. L'inquiétude ne m'avait pas quitté, mais j’espérais que tout s'arrangerait très vite. On arrivait très vite sur place. Tout était simple, que ce soit l'intérieur comme l'extérieur. Plus on avançait, plus l'appréhension m'envahissait. Je pris timidement la main de Turold, recherchant un peu de réconfort dans la chaleur de sa main. On arrivait finalement devant un étrange personnage, et je dus me résoudre à lâcher la main du garçon. En me voyant, il lança un regard sombre, qui me fit frissonner. Instinctivement je reculais très légèrement, par mesure de prudence.

- Ah, oui, je suis venu avec Esther. On a à te parler de quelque chose de très important.

Je confirmais silencieusement, avec un simple hochement de tête tout en restant un peu plus en arrière. Je n'avais pas envie de finir déchiqueté par les crocs d'un vieux lycan énervé.

_________________

Couche-toi près de moi, sous le Ciel mauvais
Le noir du Jour, l'obscurité de la Nuit, nous partageons cette paralysie
Les fissures de la porte s'ouvrent, mais il n'y a pas de Soleil brillant à travers
Coeur noir marquant plus sombre encore, mais il n'y a pas de Soleil brillant à travers

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Turold Darkest
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 23
Profession : Scientifique au Laboratoire Cinq Flèches
Cerveaux : 66
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Loyal Bon
MessageSujet: Re: Page Six Mer 3 Juin - 20:36



Dans la pièce aux milles manuscrits, Turold voyait bien qu'Esther n'était pas à son aise. Il porta son bras autour de la taille de la jeune Yōkai, pour la rassurer. Kenneth n'était, du moins d'après son point de vue, pas dangereux le moins du monde. Il le savait vulgaire et agressif, mais elle ne risquait strictement rien, sinon il ne l'aurait amené ici.
Le jeune Lycanthrope avait en réalité une confiance aveugle en son mentor, pour qui il aurait sacrifié sa vie sans hésiter. Il était impossible qu'il lui fasse du mal d'une quelconque manière, ni à lui, ni à elle. Le pauvre, rendu aveugle par son affection, se trompait lourdement. Kenneth était prêt à tout pour éviter de disparaître de cette terre.

- Je suppose que tu voudras bien nous écouter. Tenta le jeune adulte, incitant d'un geste Kenneth à se rassoir. Te rappelles-tu quand je t'ai tiré de tes ennuis ? Tes ennemis s'en sont désormais prit à une enfant qui m'est chère. Une petite fille de pas plus de cinq ans, pour la punir de m'avoir aidé à te secourir l'an dernier.

Il ne savait si la façon dont il racontait les événements était la bonne, mais il faisait de son mieux pour faire concis histoire d'éviter d'énerver le Zombie par un trop long récit.

- Mais c'est pas tout. Ils demandent une rançon... Toi contre la fille, dans deux jours, dans la forêt. Du coup, on se disait que tu trouverais ça normal de nous filer un coup de main pour la sauver si on te prévenait... Le manque de sommeil se faisait sentir et il se trouvait hésitant. La pièce, joliment bercée par des vapeurs d'encens, rendant une atmosphère propice au sommeil et cela ne l'aidait pas à rester éveillé. Il se dit vaguement qu'il faudra qu'il fasse changer cela, la pièce n'étant nullement une salle de repos.
Il n'était pas angoissé pourtant et, malgré le danger pesant sur sa poitrine, il savait qu'ils réussiraient à sauver la petite Davina. Mais il restait assombri par l'idée que la mère de l'enfant était probablement morte... C'était de sa faute, au fond, et surement qu'il n'avait aucun droit d'embêter son ami avec telle histoire tant il se doutait qu'il aurait dû se débrouiller tout seul... Il s'en voulait aussi d'avoir mêlé Esther à ce carnage. Si les choses finissaient mal et qu'Esther était blessée, il ne se le pardonnerait jamais... C'est pour cela qu'il avait besoin plus que jamais de l'aide de son ami.

_________________



falling in love, a hard decision
saying things like, "I will protect you."
making the same promise during each end
will you crumble painfully?

it's okay if it's true love
-Ai no Shiren!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 348
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Page Six Mer 3 Juin - 21:30

Pas du tout rassuré à l'idée de la porte fermée, craignant un traquenard, Kenneth était sur ses gardes, prêt à montrer les crocs. Mais l'attitude du gamin le rassurait. Turold n'était pas agressif, au contraire. Il venait supplier.
Peu enclin à discuter, il se contenta d'écouter. La mioche avait le rôle muet et, au fond de lui, il mourait de rire de lui filer ainsi les chocottes. Elle pouvait continuer de trembler, ça l'éclatait ! Cela lui donnait l'impression de se sentir puissant, lui qui avait été tellement rabaissé au cours de sa si longue vie.
Mais il ne comptait pas lui faire de mal, juste la virer par la peau du cou et avec un coup de pied au cul en prime. L'ancien assassin Wolfberg ne souhaitait pas ajouter plus de noms à sa liste de carnage. A vrai dire, s'il pouvait même se passer de tuer, cela ne le dérangeait pas. Tant qu'on ne venait pas l'emmerder avec..

Bon, bah visiblement, ça, c'était foutu.
Il affichait une mine épuisée, fort peu visible sous les bandages et écouta, grandement ennuyé, tout le soliloque de celui qui se disait son ami. Une fois celui-ci plus subi qu'écouté, il lui rétorqua d'un ton sans le moindre emportement:

- Je devrais te remercier de ne pas m'avoir planté un couteau dans le dos, c'est ça ? Cracha-t-il, évidemment agacé. J'chuis pas du genre à renvoyer l’ascenseur, contrairement à toi. C'est pour ça que je t'ai laissé pour mort là-bas, tu te rappelles ? Une mioche de plus ou de moins sur cette terre pourrie ne changera rien à ma vie... Félicite-toi... Grâce à ta preuve de naïveté flagrante, elle aura pas le temps de trop souffrir. T'avais qu'à pas tenir à quelqu'un, j'te l'avais dit pourtant tête de pioche.

Il n'avait pas l'intention de jeter une mauvaise ambiance, mais eux l'avaient fait en osant reparler de son douloureux passé. Il se fichait comme de la première fois qu'il avait été battu de décevoir Turold. L'important c'était LUI. Et LUI, il ne risquerait pas de retomber à nouveau entre les mains de ses bourreaux pour les beaux yeux d'une hypothétique inconnue ! Et puis il doutait même de la sincérité de Turold... Et s'il n'était venu lui déballer tout ce speech que pour l'amener dans un autre piège ? Influencé par sa donzelle par exemple ?
L'être est traitre ! Pourquoi aurait-il confiance en quelqu'un d'autre ?

- Enfin, on a eu chaud, j'croyais que t'allais m'annoncer ton mariage ou quelque chose... Ils tiraient vraiment une tête d'enterrement. Quelqu'un allait mourir et alors ? Connaissant cette famille, elle était déjà probablement morte et ils se servaient de son identité pour exercer le chantage. Marcher ou leur tendre un piège ne les conduiraient qu'à des ennuis impossibles. Allez, tu vas pas te mettre à chialer ! Va voir Lully, elle pourra surement t'aider avec son nouveau jouet. Tu devrais aussi aller dire bonjour à la louveteau, elle te réclame...

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Esther Lorelei
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 47
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement:
MessageSujet: Re: Page Six Lun 8 Juin - 12:17

Pourriture. C'était le premier mot qui m'était venu en tête. Mes poings se serrèrent de rage, et d'impuissance. Il ne pensait qu'à sa gueule. A deux, on ne ferait pas le poids contre ces types. Tant pis. Fallait absolument trouver une solution. Je lâchais un regard dédaigneux en direction du lycan, et parti dans un pas rapide vers la sortie du bâtiment. Si lui ne voulais pas intervenir, tant pis, mais il était hors de question qu'une gamine crève à cause de son égoïsme. J'arrivais bien vite dehors, et sans me perdre, malgré les longs et nombreux couloirs. Seul le bruit de mes chaussures claquaient sur le sol, brisant le silence autour de moi. Une fois dehors, je me calmais bien vite. Je réfléchissais à toute vitesse. Il était impératif de trouver une solution. Il ne faisait pas froid, mais j'avais connu des jours avec des températures plus élevées qu'aujourd'hui. Je pensais alors partir à la recherche d'un des mercenaires, pour le convaincre de rejoindre notre côté. Peut être que ...? Ce qui était sur c'est qu'il y aura de la baston. Je m'étirais, cherchant une autre solution. Trouver un mercenaire, ok, mais le soudoyer pour l'avoir dans notre poche, allait être bien difficile. Les journées étaient difficiles pour moi, alors que la nuit, tout est calme, personne ne vient t'embêter. Bon, je savais me battre, mais contre des mercenaires.... Je risquais surtout d'y laisser ma peau. Et je tenais à la vie quand même.

Merde....

Tout s'emmêlait dans ma tête, et je ne savais quoi faire. Mais je voulais vraiment sauver cette gamine qui comptait énormément pour Turold. Je devais le faire. Je m'asseyais alors sur un rocher, qui se trouvait à mes côtés. Au pire, pour la bataille, je ferais exceptionnellement appel à ce côté sombre, que je haïssais plus que tout. Je n'aurais sans doute pas le choix, pour survivre. Et ce foutu lycan égoiste, qui m'énervait au plus haut point. Que je pouvais le détester celui là. Je ne voulais plus le voir, ça c'était clair et net. Comment pouvait-on se montrer si égoïste, si... Cruel... Juste pour sauver sa peau en plus. Je le détestais point. Et c'est censé être un "ami" de Turold, hein ? Super sympa l'ami en tout cas. Je lâchais un soupir las. Tout ça me fatiguait très clairement.

_________________

Couche-toi près de moi, sous le Ciel mauvais
Le noir du Jour, l'obscurité de la Nuit, nous partageons cette paralysie
Les fissures de la porte s'ouvrent, mais il n'y a pas de Soleil brillant à travers
Coeur noir marquant plus sombre encore, mais il n'y a pas de Soleil brillant à travers

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Turold Darkest
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 23
Profession : Scientifique au Laboratoire Cinq Flèches
Cerveaux : 66
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Loyal Bon
MessageSujet: Re: Page Six Lun 8 Juin - 16:30



....Chier !
Rien d'étonnant, au final, à ce que ce crétin, cet imbécile égoïste ne voit pas l'intérêt de secourir Davina. Il ne la connaissait pas et Kenneth étant Kenneth, il aurait dû se douter qu'il ne prendrait pas le risque de retomber entre les mains de ses tortionnaires. Pourtant tant d'eau avait coulé sous les ponts... Il aurait pu lui rendre ce service en reconnaissance de cette dette payée. Il aurait pu faire cet effort, bête, de s'en mêler, ne serait-ce car, sans lui, les ennemis ne s'en seraient jamais pris à Davina.
Mais, après tout, c'était Turold qui avait mêlé l'enfant au conflit, lui permettant d'intervenir il y a un an de cela.
Turold serrait les dents, écoutant les phrases toutes faites et les tentatives ratées de redresser l’atmosphère d'une seule oreille.
Des injures lui traversèrent l'esprit mais il tenait bien trop à son sauveur pour être aussi vache avec lui. Il tenta donc de canaliser sa rage, tant bien que mal. Mais le visage innocent de la fillette ne disparaissait pas de devant ses yeux et il finit par se maudire de n'avoir pas cherché plus vite une autre solution. Il avait perdu du temps.

Sans pour autant lui prêter plus ample attention, il détourna les talons, rejoignant Esther. Que Nataku soit de retour lui faisait une belle jambe, elle était trop faible pour oser la mêler à cette histoire. Quant à Lully... Il ne comprenait pas bien l'idée, mais il n'irait pas lui en parler de suite.
Sortant à son tour, il accueilli le soleil brillant sur la neige avec des yeux fatigués. Ses bras ne tardèrent pas à enlacer Esther et il plongea la tête dans le creux de sa nuque.

- Je suis désolé que ça se soit passé ainsi. On trouvera quelque chose d'autre je te le promets.
murmura-t-il, blessé de lui avoir fait subir cela. Il voulait trouver les mots pour justifier les paroles blessantes du zombie, mais n'osait lui conter d'excuses. Esther ne comprendrait pas...
Loin des brumes d'où venait Esther se trouvait leur monde, empli de chaos et de haine. Là où la mort se trouvait à chaque pas, où une vie se monnayait contre moins d'une pièce... C'était là que Turold avait grandi, blessé, brisé par les coups d'un cruel destin prenant plaisir à arracher petit à petit la moindre once de fierté que possédaient les vivants. Il était plus que bien placé pour comprendre Kenneth, tous deux anciens esclaves, ils avaient subis les mêmes injures, chacun de leur côté. Et c'était la raison pour laquelle Turold n'arrivait pas à blâmer son ami malgré son comportement inqualifiable. C'était la peur, il s'en doutait, qui dictait ses actes, celle de replonger, de mourir à nouveau à petit feu, d'inspirer avec chaque souffle ces millions de fragments de verres brisés, morcelant au passage la raison, berçant l'insanité.

Il avait toujours accepté son statut de sous-être, ne s'en était jamais plaint. La tête basse et le cœur gonflé de gratitude pour telle ou telle si vague offrande que la vie lui offrait. L'aumône d'un repas, même frugal, la reconnaissance de pouvoir inspirer l'air frais via une fenêtre qu'on lui avait ouverte, lui qui n'avait alors pas même le droit de s'aventurer à l'extérieur...
Mais dire que cela ne l'avait pas marqué serait une blague. Il avait si longtemps fait semblant d'encaisser, souris à la face de l'Immonde, disant qu'il devait bien y avoir une bonne raison à ce qu'il en soit ainsi... Mais les horreurs passées, les terreurs subies, vécues, revenaient le hanter avec plus de violence que jamais. Il en hurlait la nuit, en tremblait le jour. La Douleur, narquoise, dansait encore devant ses paupières alors que des cris d'agonie retentissaient à ses oreilles.
Turold savait mieux que quiconque à quel point la crainte pouvait contraindre. Kenneth ne pouvait pas lutter, il était terrassé d'avance.
Mais Turold ne saurait défendre car cela impliquait d'expliquer tout cela à Esther. Elle semblait ne jamais avoir connu un sentiment s'approchant même de cette haine de soi-même, de cette terreur muette. Lui expliquer la perdrait et humilierait au passage le Lycanthrope.
Alors tant pis, rejetons la faute sur le Zombie. Il le méritait bien, après tout, et cela ne le gênerait pas plus que ça. Le garçon se sentait mal à l'aise, il serra d'autant plus sa bien-aimée entre ses bras.

_________________



falling in love, a hard decision
saying things like, "I will protect you."
making the same promise during each end
will you crumble painfully?

it's okay if it's true love
-Ai no Shiren!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Esther Lorelei
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 47
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement:
MessageSujet: Re: Page Six Lun 8 Juin - 22:42

Je sentais les bras de Turold s'enrouler autour de moi, puis sons souffle chaud me chatouiller le cou. Je pris alors sa main et la serrais. J'avais juste besoin de réconfort. Je ne pouvais accepter le fait que l'on puisse être aussi égoïste, au point de laisser mourir une pauvre gamine qui n'avait rien demandé. Mes dents se serrèrent de rage, et je laissais mes larmes couler sur mes joues. Je ne comprenais pas tout simplement. Puis je secouais la tête pour me ressaisir. Je ne devais pas paraître aussi faible devant les autres, même si en l’occurrence il n'y avait que Turold avec moi.

On s'en sortira... Je te le promets...

Je pris le garçon alors contre moi, réfléchissant encore à comment on allait faire pour récupérer la gamine indemne. Surtout que ça n'allait pas être une tâche facile. Je séchais mes larmes, et essayais de sourire pour nous rassurer un peu. Je n'étais sûre de rien. Qu'allait-il advenir de la petite ? Et notre avenir ? Plus rien n'était sûr désormais. J'avais toujours eu la vie facile jusqu'à ce que je débarque sur cette maudite île. J'ai du apprendre à me débrouiller par moi-même, à me protéger des dangers, et même à tuer pour sauver ma vie. Alors que je détestais tuer, même blesser. Mais là, on n'avait plus le choix. C'était soit tuer, soit mourir. Et je refusais de mourir maintenant. Je collais ma tête contre le torse de Turold. Je pouvais entendre son coeur battre. C'était si apaisant. Je fermais les yeux tout en écoutant ce doux son qui résonnait à mes oreilles.

_________________

Couche-toi près de moi, sous le Ciel mauvais
Le noir du Jour, l'obscurité de la Nuit, nous partageons cette paralysie
Les fissures de la porte s'ouvrent, mais il n'y a pas de Soleil brillant à travers
Coeur noir marquant plus sombre encore, mais il n'y a pas de Soleil brillant à travers

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
est mon nom en ces limbes
Infos de base
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Page Six

Revenir en haut Aller en bas

Page Six

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» Faut il tourner la page et oublier ???
» 01. La Première Page
» THE page d'accueil...
» Page Accueil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreadful ; Zombies & Autres Décédés :: Les Alentours :: Laboratoire Cinq Pics :: Espace de Documentation-