Hellcome on Dreadful!
Hansel & Gretel
Administrateurs
Profil - MP
Quand la mort n'est pas là, les zombies dansent
- Dans ce monde envahi par des créatures plus étranges les unes que les autres, les Zombies avaient décidés de vivre en paix, il y a déjà quelques décennies. Mais le pouvaient-ils vraiment ? Pour ces êtres, la seule présence d'un être au sang chaud créait chez eux une irrépressible envie de viande fraîche ! Le cerveau, organe succulent s'il en est, eut donc tôt fait de menacer la paix qu'ils avaient cherchés à obtenir. C'est alors qu'une décision extrême fut prise : Les Zombies allaient s'exiler sur une île déserte, rien qu'à eux, et vivre en autarcie ! Ainsi fut créée Dreadful, l'île des morts-vivants !


 

Partagez|

Une mioche, des ordres //PV//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Hiro Mizuno
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 32
Fiche RPG
MessageSujet: Une mioche, des ordres //PV// Lun 8 Juin - 14:42

Une mioche, des ordres
« Le sang à une très belle couleur vermeille, vous ne trouvez pas ? »

Le soleil s'était levée paresseusement, ses rayons m'illuminant le visage, et me réveillant par la même occasion. J'ouvrais mes paupières, et me levais rapidement. Après une bonne nuit de sommeil, qui m'avait remis d'aplomb, après une soirée bien arrosée, je me sentais de nouveau motivé pour le boulot. Aujourd'hui, je rencontrais une cliente, qui devait, si j'avais bien compris me confier un otage d'une grande importance. Je souriais déjà à l'idée. Qui dit important, dit baston, et qui dit baston dit mort. J'avais déjà hâte. Je m'habillais d'un débardeur blanc large, avec un pantalon noir et en guise de chaussure des rangers. Rien de mieux pour une bonne mission. Je m'étirais, et me faisait craquer les os, de tout mon corps, histoire d'être bien en forme. Je ne devais pas faire mauvaise figure devant ma cliente. Un seul petit détail de négligé, et ça pouvait faire foirer ma mission. A vrai dire, ce n'est pas la mission en elle même qui m'intéressait, c'était surtout le fait d'avoir un moyen de pression, sur des personnes, et que je pouvais me servir de ce moyen en question pour faire couler le sang, sans être gêné. J'étais paré. Je pouvais donc partir tranquillement. Je sortais alors de chez moi. Une petite maison, ni trop grande, ni trop petite. Et la décoration était plutôt sobre. J'avais même une petite salle où je fabriquais mes masques, même que parfois je prenais des commandes. Ca me permettait de gagner un peu d'argent, pour financer mon matériel, que ce soit pour les missions, ou pour mon occupation secrète. J'arrivais dehors, et marchais en direction de la ville. J'avais rendez vous à un bar précis. De temps à autres les gens se retournaient sur moi, mais détournaient bien vite leur yeux. J'arrivais assez vite à ce fameux bar. J'étais en avance de quelques minutes. Bah, je pourrais me poser tranquillement, pour prendre un verre.

Une bière, s'il vous plait....

Je m'étais installé tranquillement à une table, où il n'y avait personne. Le serveur arriva bien vite avec ma commande. Je lui fis signe avec la main de s'en aller. Je ne voulais pas qu'on me dérange avec ma cliente, qui ne devrait pas tarder d'ailleurs. J'attendais patiemment que celle ci vienne tout en sirotant ma bière.

_________________

Je ne peux vivre avec toi, ni sans toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Lun 8 Juin - 19:44



< At the end of the night you're another night colder
And the shirt on your back doesn't keep out the chill
>
-At the End of the Day

Traîner dans la fange et remuer les déjections... C'est tout moi, ça.
Un soupir s'émanant d'un visage éteint, des gestes lents, alourdis par le chagrin. Ma tête bourdonne, elle me fait mal à en crever. Je tente de chasser le mal, mais il revient au galop.
Qu'est-ce que je suis en train de faire...

La lame de mon ancêtre trempée dans le poison de Trixie est à mes côtés. La anse est enfilée sur mon épaule et je la sens cogné dans mon dos, à l'intérieur de son fourreau. J'avance avec peine, mais c'est uniquement car la motivation n'est pas au rendez-vous. Je ne souhaitais pas venir ici, pas encore...
J'ai mal en pensant que ce vieil ami d'enfance se trouve ici. Il est une bribe de souvenir, une lame déchirant le fin voile de ma raison. Impossible de l'oublier, car il m'a causé bien trop de tords.
Je pleure encore mon novice, à qui s'offrais enfin la vie souhaitée, sans ma présence à ses côtés. Les sacrifices faits pour lui sont à la hauteur de la haine ressentie lorsque son assassin m'a été dévoilé. J'ai envie d'crever.
Me venger est la pire des choses que je puisse faire. Mais le pire est ma devise, et la mort de ma tendre fille me pousse à ce dénouement ensanglanté. J'aimerais que nous mourrions tous deux, moi et Kenneth, une bonne fois pour toutes.
J'oublie mes deux garçons, j'oublie mon Démon. La perte de Ruko m'empêche de vivre et a fait de moi une loque sans volonté. Quelqu'un doit payer pour ça.

Il n'y est pour rien, pourtant, car Ruko souhaitait d'elle-même sa mort, ignorant les conseils affectueux de sa famille, préférant me croire menteuse et perfide. J'avais quelque chose à cacher, disait-elle. C'est la raison qui l'a poussé à aller dans ce foutu endroit de merde où elle a trouvé la mort.
Pauvre conne, si je t'interdisais d'y aller, c'était parce que te perdre...
Te perdre...
Putain !

J'ai tout essayé pour passer ces deuils se présentant successivement à ma pauvre tronche démontée. Mais je suis une couarde et le suicide, c'est décidément pas mon truc. Je préfère emporter quelqu'un d'autre avec moi dans la tombe.
C'est vrai, cela aurait pu être évité. Il y a toujours une solution, un 'et si' qui aurait marché. Mais j'ai merdé, j'le sais, et ça ne me ramènera pas les deux mioches qui ont trouvés la paix en me laissant en guerre.
Il ne me restait qu'à me morfondre.

Alors j'ai changé de cap. J'me suis dit que je n'allais pas laisser cela impuni car il s'agissait du plus grand mal qu'il m'ait été fait. Car je me disais que de toute manière, il fallait que je le revoit... Ne serais-ce que pour nous entre-tuer ensuite.

Allant à Rosaire, j'ai rejoins cette famille que j'ai si souvent haïe et si souvent admirée. Les Wolfberg sont des enflures de la pire espèce, me répétait ma mère, et je veux bien la croire tant le sadisme semble faire partie de leur intégrité.
Là-bas, je me suis jetée au pied de Teliia, les immenses colonnes d'or seules témoins de mon humiliation. Je l'ai imploré de me reprendre parmi ses membres, de faire de moi l'outil de sa vengeance car nos ennemis, après tout, étaient communs.
Alors elle m'a laissé faire.

La mioche, c'est moi qui l'ait gardé, un temps. C'était avant que les sbires de la famille ne choisissent de l'user pour passer le temps. Je n'ai pas fait de scandale, c'est contre-nature de se révolter ainsi quand l'on souffre. Je n'en avais rien à foutre d'elle, de toute manière.
Elle a de beaux cheveux blonds, c'est vrai. Elle a de magnifiques yeux bleus mais ils ne sont en rien semblables à ceux de ma fille tant prisée. Alors je ne m'y suis pas attachée.
Et quand il s'est agit de faire ce putain d'échange d'otage, j'ai trouvé marrant d'y participer, car je savais que je reverrais Kenneth, et peut-être même Turold que je haïssais autant que j'appréciais.
Savoir ce dernier en vie m'a assez surprise, dois-je dire. Je pensais qu'en me le volant, Ken aurait la décence de le dévorer vif... Pas d'en faire un Lycan ! Enfin, ça m'aurait bien fait marrer si je n'étais pas aussi abattue car la situation se teintait d'une ironie sans nom. Néanmoins, je me demandais bien ce qu'il pensait de moi à présent. Brave Turold, traître Turold. Il aurait fait tué Beyond si la réceptionnaire de la délation n'était pas actuellement internée à Redemption.
Je lui en ait voulu quelques temps.

Les lumières du bar m'éblouissaient. Elles étaient telles qu'elles tranchaient fortement avec l'obscurité de cette nuit noire. Fraîchement débarquée, avec une otage dont je n'aurais pas pris le risque de ramener jusqu'ici, j'avais encore le mal de mer. Je n'étais pas une navigatrice née.
Pieds nus comme à mon habitude, je ressentais le touché râpeux des planches en bois tapissant le sol. L'herbe avait teintés ma plante de cette couleur verdâtre et une limace souhaitait grimper le long de mon pantalon. Le trajet n'avait pas été idyllique et au fur et à mesure qu'approchait l'île vers laquelle nous nous dirigions, une nausée m'étreignait. Je souhaitais renoncer, ce que je manquais de faire plusieurs fois, mais me ravisais. Il était temps de faire quelque chose d'utile.
Approchant du bar, virant mes cheveux noueux de ma tronche d'un revers de la main, je commande une pinte de rhum et me pose de manière pas très féminine sur le tabouret. Le faisant tourner comme une gamine, je regarde autour de moi, voir s'il y a pas le gars que Teliia m'a envoyé retrouver. Je le repère, en effet, dans un recoin isolé du coin. Je grimace, ça fait trop solennel pour ma pomme-poire.
Bougeant mon dersh du tabouret, mais non sans la choppe, je m'avance jusqu'au dit-type et pose mes fesses à côté de lui.

- Bien, je vais t'expliquer le job, ça s'ra plutôt simple...

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Hiro Mizuno
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 32
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Lun 8 Juin - 22:26

Une mioche, des ordres
« Le sang à une très belle couleur vermeille, vous ne trouvez pas ? »

- Bien, je vais t'expliquer le job, ça s'ra plutôt simple...

J'opinais silencieusement de la tête. Parler aurait été une pure perte de temps. Autant faire vite, que tout ça soit réglé, que je puisse m'amuser.

Je vous écoute...

Une simple phrase. Claire, nette et précise. Je pris mon verre de bière, et le porta à mes lèvres fines et blanches. Le liquide amer glissa dans ma gorge. Je retins une grimace. Je préférais clairement le sang et la chaire de mes victimes plutôt que la bière. Je reposais délicatement le verre sur la table, et fis craquer mes phalanges. C'était une habitude, que j'avais depuis un bon moment. Même avant que je ne devienne une ghoule. Puis me vint une question en tête...

Est ce que je pourrais tuer le camp adverse, si besoin ?

Sur mon passage, je semais la mort, avec milles souffrances et tortures. Je ne vois pas en quoi ça changerait maintenant. Ok, je devrais livrer une gamine, mais peu importe que les autres soient morts, ça ne changeait rien au plan initial. Je regardais la femme face à moi droit dans les yeux, attendant une réponse claire.

Votre couleur de cheveux... Est belle... Comme celle du sang...

Je fis glisser un infime sourire sur mes lèvres. Loin de moi l'idée de la draguer ou quoi, mais ça couleur de cheveux, de yeux, et ses habits me faisait penser à la couleur du sang. Que je trouvais particulièrement magnifique. Je mis alors mon menton dans le creux de ma main, en attente d'une réponse, et de l'explicxation de mon job. J'avais déjà hâte de pouvoir faire couler le sang.

_________________

Je ne peux vivre avec toi, ni sans toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Lun 8 Juin - 23:32



C'était un gosse, haut comme trois pommes et juvénile comme mon cul -si pour autant que mon cul fut juvénile. Impossible de se dire que le gamin arrivera quelque chose dans cet état m'enfin... Teliia lui fait confiance, pourquoi pas moi ?
...Nan j'déconne.
Je fais confiance à personne, KUSO, mais je lui confiais volontiers la direction des opérations. Moi j'étais là que pour superviser, ce qui signifiait à peu de choses près le même truc. Je l'observais de but en blanc, plus pour me souvenir de sa morphologie une nuit où je serais pas encore morte que parce qu'il me plaisait. Certes, il avait une bonne tronche, mais ma libido faisait une fucking pause vu qu'il s'agissait d'une putain de dépression.

J'lui fit un sourire halacon et dégommait ma choppe d'une bière... Heu d'une traite. D'ailleurs c'est du rhum.

- Je vous écoute... Putain, il a l'air pressé le morvac.
- Demain on s'bouge à la lisière de la forêt avec encore trois des comme toï et la gamine que je rapporte. On vérifie qu'il y a l'otage de la photo susdite... Je sortis la photo de mon corset la lui foutait dans la paume de la main. Elle représentait Kenou, vieilli, usé qu'il était. Bien loin de mes souvenirs d'innocence, plus proche du connard qui a tenté de me buter l'autre fois. La photo m'écoeura et j'eus un haut-le-coeur. BREF.

- Est ce que je pourrais tuer le camp adverse, si besoin ?

Hahahaha t'es trop marrant toi.
Turold.
C'est pas drôle.
Humf.

- Ouais. Pas convaincue. Ouais-ouais. Là, déjà mieux ! Teliia dit que oui alors c'est oui. Les ordres y incitent en effet, mais pas avant d'avoir récupéré le gars. Tu pourras même buter la mioche si ça t'plait. Rien à battre ouesh.

- Votre couleur de cheveux... Est belle... Comme celle du sang...

Heu ? Oh putain.
J'ai d'autres chats à tabasser mon gars, pourquoi tu me fous des remarques du style ? J'le sais que j'chuis couleur sang, s'pas nouveau. D'ailleurs telle que tu me vois là, j'en ait dans les cheveux et ça se remarque même pas. Faudrait que t'aille trifouiller sous les nœuds mais même moi j'oserais pas. Ou alors tu les essores un coup, mais ça risque de puer le caillé.

- J'ai hérité ça de ma reum, gamin.
Ouais, celle avec les piquants à la place des tifs. Un moment que je lui ait plus reparlé. Wait... Depuis qu'elle a failli me faire buter par mon propre novice, non ? Une bonne raison que j'ai.
Raito-le-rouquin-également me manque tout d'un coup. Je me demande comment il s'en tirerait dans une situation comme la mienne. Mais bon, demain, j'revois Turold et c'est cool de revoir un chieur que j'ai tenu dans mes bras bébé. Je suis impatiente, en quelque sorte, de me prendre une tôlée d'insultes de sa part. Pauvre victime. Et toi t'as les tifs noires comme les ténèbres et ma siamoise. Une pause. J'ai connu des gens comme toi, avec le blanc des mirettes pas blanc. Tous décimés, tués, pfuiiiit. Un vrai génocide. Tu s'rais pas un de ces enfoirés de Gaïen par hasard ? Allez, je trinque à la santé de ce peuple ayant contenu de mes plus fidèles amants ! Les Red Eyes ! Les remplaçants sont pas mal non plus, Kuro est si sexy quand elle s'y met ! ...A me faire tourner en bourrique ! Mais j'en reviens toujours pas que cette conne se soit teintes les tifs... C'est naze d'avoir les cheveux blancs, ça me coupe direct.

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Hiro Mizuno
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 32
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Mar 9 Juin - 10:07

Une mioche, des ordres
« Le sang a une très belle couleur vermeille, vous ne trouvez pas ? »
- Demain on s'bouge à la lisière de la forêt avec encore trois des comme toï et la gamine que je rapporte. On vérifie qu'il y a l'otage de la photo susdite.

Cool. Un échange. J'allais pouvoir m'amuser. Je fis glisser durant un instant sur mes lèvres, un sourire bien mystérieux, que seuls mes victimes avaient pu voir. Je ne souhaitais que semer la mort sur mon passage. Mais une belle mort, avec pleins de souffrance, de cris, et de pleurs venant de mes victimes. Je frissonnais déjà à l'idée d'entendre les supplications de mes ennemis.

Et toi t'as les tifs noires comme les ténèbres et ma siamoise. J'ai connu des gens comme toi, avec le blanc des mirettes pas blanc. Tous décimés, tués, pfuiiiit. Un vrai génocide. Tu s'rais pas un de ces enfoirés de Gaïen par hasard ?

Je laissais échapper un petit rire.

Non, je ne suis pas de ce peuple, dont j'ignorais l'existence d'ailleurs, je suis juste une ghoule...

J'eus un grand sourire, qui découvrit mes crocs qui ne réclamaient que de la chaire. Les souvenirs de ce moment là me revinrent en mémoire. Quand j'ai tué la vampire qui me servait de maîtresse. Dans la souffrance. Ses cris étaient si...Jouissifs. Ma main avait empoigné mon débardeur de façon convulsive, ne réclamant plus que du sang. Je passais alors une main dans mes cheveux pour éviter que quelqu'un qui passe dans le coin ne crève sans avoir rien demandé. Bien que l'idée ne me déplaisait pas, je n'avais pas vraiment envie de me faire remarquer avant ma mission. Ouai, je me défoulerais durant cette mission. Et vu que j'aurais éventuellement le droit de buter la mioche, je ne me gênerais pas. Je passais mes doigts sur le tatouage autour de mon coup tout en fermant mes yeux. Des bribes de souvenirs, joyeux, tristes,.... Je rouvrais les yeux, regardant mon interlocutrice, reprenant un visage sans émotions. Une machine à tuer, voila ce que j'étais devenu. Je ne vivais plus que pour ça. Pour semer le chaos, la mort, la souffrance. Tout ça était devenu ma raison d'être.


_________________

Je ne peux vivre avec toi, ni sans toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Mar 9 Juin - 12:15



Eh bah, j'étais tombée chez un sacré numéro ! Une Goule, hein ? Comme mon p'tit SinSin. Pas de nouvelles de lui, d'ailleurs, et c'est pour le mieux. Il n'aurait fait que me mettre des bâtons dans les roues, foirant mes initiatives autant qu'il le puisse... Et il le peut bien, c'est moi qui l'ait formé à emmerder le monde.
Le petit gars me manquait, actuellement. J'imagine que lorsqu'on se met en danger, on repense aux êtres chers. Je lui en voulait d'être si peu obéissant, cela nous aurait permis de passer ces moments ensembles. Il l'aimait bien, Turold, le p'tit Sin. Ils étaient même foutrement amis ce qui m'agaçait à l'époque. A l'heure actuel le décédé doit se traîner au manoir. Puisse-t-il faire au mieux pour y buter les cambrioleurs, je ne souhaiterais pas qu'il arrive quelque chose à Nearou.

- Et la Vampire qui t'as crée, elle est où ? Intuition. Oui, un beau garçon comme lui, ça ne peut être qu'une femme qui l'a changé. Les mâles ont tendance à chercher l'utile, et lui ressemblait bien trop à mon sale petit Fantôme pour que cela soit quelqu'un d'autre qu'une cruelle me ressemblant vaguement qui se soit attelé à la tâche. Autant qu'elle te file le plein de sang vampirique avant la journée de d'main, non ?

La journée, encore une merde ça. J'allais forcément y aller, mais couverte au possible pour éviter de flamber. Je pouvais bien tenir trois quart d'heure sous le canya, mais certainement pas plus sinon j'allais m'évanouir et finir en cendres. Refaire ça une seconde fois ne me tentait pas vraiment.
Heureusement, cela se passait en fin de journée et si le soleil se couchait tôt, je pouvais avoir la chance de faire l'échange sous la lumière lunaire, ce qui m'arrangeait un tantinet plus.

- Si je peux me permettre, qu'est-ce que tu fous dans un coin aussi paumé ? Vouloir faire couler le sang chez des Zombies, c'est un peu comme poivrer sa victime avant de la bouffer: c'est très con.

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Hiro Mizuno
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 32
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Mar 9 Juin - 14:34

Une mioche, des ordres
« Le sang a une très belle couleur vermeille, vous ne trouvez pas ? »

- Et la Vampire qui t'as crée, elle est où ?

Je lâchais un petit ricanement. Si elle savait.

Plus de ce monde... Je l'ai buté, je n'avais plus besoin d'elle, ni de son sang... Faut dire que j'ai eu de la chance, je n'ai plus besoin d'assimiler du sang vampirique pour vivre en tant que ghoule... Mon corps l'a adapté assez rapidement...


Mon dos me démangeait. Il réclamait de la chaire.


- Si je peux me permettre, qu'est-ce que tu fous dans un coin aussi paumé ? Vouloir faire couler le sang chez des Zombies, c'est un peu comme poivrer sa victime avant de la bouffer: c'est très con.


Ce ne sont pas les zombies qui m'intéressent, mais les autres créatures qu'on peut trouver sur cette île qui sont bien plus intéressantes... Leur chaire est si délicieuse...


Je frissonnais rien que d'y penser. J'avais torturé rien que pour le plaisir, mais je bouffais aussi. Jusqu'à présent, je ne m'en étais pris qu'essentiellement à des humains, ou hybrides... Je voulais goûter un lycan un jours. Peut être que... Je secouais la tête.Je devais arrêter de penser à la bouffe, sinon je risquais de tuer un serveur, ou un client, même si ça ne me posais pas plus que ça de soucis. Mais j'avais pas vraiment envie de rater ma mission. Je repris mon verre de bière en main, et le vida d'une traite. Puis je le reposais sur la table. Un serveur vint vers notre table, et nous reproposa à boire. Je fis non de la tête puis lui lança un regard pour lui faire comprendre de décamper au plus vite. Je savais déja ce que j'allais faire lorsque je sortirais de ce bar. Oui, j'irais en chasse d'une nouvelle victime à torturer, puis à manger. Je ne laissais jamais de trace de mon passage, à part les traces de sang qu'on retrouvait régulièrement dans les petites ruelles. Mais très peu de personne s'y aventurait, de peur de se faire tuer par une chose inconnue, et qui s'avérait dangereuse. Et qui finissait toujours par bouffer les victimes en questions. Et tout ça, sans que personne n'intervienne vraiment. En même temps, qui voudrait prendre le risque de se faire torturer ? Très peu de gens. Je grattais rapidement mon cou. La faim, l'envie de faire couler le sang, toutes ces émotions se mélangeaient rapidement. J'avais faim, voilà.

_________________

Je ne peux vivre avec toi, ni sans toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Mer 10 Juin - 10:20



- Plus de ce monde... Je l'ai buté, je n'avais plus besoin d'elle, ni de son sang... Faut dire que j'ai eu de la chance, je n'ai plus besoin d'assimiler du sang vampirique pour vivre en tant que ghoule... Mon corps l'a adapté assez rapidement...
- Bon débarras. Et what the fuck. Dommage qu'Izzy n'était pas dans le coin, ma généticienne préférée aurait pu m'expliquer ce merdier. Des Expires, Vampires, Dhampires, j'en avais vu à foison.. Mais une Goule sevrée ? Ça existe cette blague ? C'est redevenu un humain, quoi ! Dans tous les cas, monsieur semblait crever la dalle ce qui me déclencha une crise de blazage. Il aurait vraiment pu bouffer avant, il le faisait exprès ou bien ?
Attendant que la conversation se termine sur un sieur sous-entendant encore qu'il était en train de mourir de faim... De faim ? De soif, il veut dire ? C'est un Vampire oui ou merde ? Enfiiiiin OSEF. Il fait ce qu'il veut.
Donc, dixit, je finis par lui larguer tout de go.

- ....Bref, ça r'viens au même, tu devrais faire le plein. Je me levais le cul. ...D'ailleurs, moi aussi. On arrivera à rien en crise d'anémie. M'étirant, je regardais autour de moi. Bon, y'a à bouffer où ? Tu m'guides ?

Il était carrément temps de se remplir la panse. Je n'étais pas contre le fait de tuer un peu, quitte à massacrer à coups de hache un karma déjà dans les ténèbres de l'oblivion. Laissant sur la table assez de thunes pour payer nos deux consommations, j'avançais d'un pas un peu ivre vers la sortie, tout en tirant le gus dehors. Une fois l'air frais sur ma trogne, je me sentis mieux, moins oppressée certainement. La mission de demain me pesait car je ne savais toujours pas ce que j'y ferais. Mon dévouement à mon camp ? Des papillotes ! J'étais là pour, visiblement, me venger et j'avais encore du mal à le réaliser. Deux de mes anciens précieux amis se trouvaient mes ennemis, comment ne pas avoir envie de foutre un gros coup de traîtrise dans la tête de l'insupportable Teliia ?
Ca n'était pas vraiment les motivations de la doyenne de la famille qui m’écœuraient. A vrai dire, un idéal où les esclaves se font latter majestueusement et sans la moindre pitié, étonnement, ça ne me surprend pas du tout ni même me choque. Mais c'est son caractère haineux, le fait qu'elle ait elle-même causé la mort de sa cadette qui ne respectait pas sa vision des choses qui me saoule. Moi-même ayant perdu Ruko, je pouvais mal imaginer comment une mère s'en tirait sans mal d'avoir fait tué sa propre fille. J'avais envie de lui en mettre plein la gueule, également, car elle me haïssait. En même temps, peut de gens de la famille m'apprécient. Iemitsu me voyait surtout comme un moyen de gagner les faveurs de mon père, Ken s'est décidé de me tuer pour je ne sais quelle fantasque raison -bordel, qu'est-ce que je lui ait fait ?! C'pas de ma faute si il a eu les merdes qu'il a eues ! Certes, on avait promis de s'en sortir ensembles et j'ai été la seule ayant, plus ou moins, survécu sans trop de casses -hahahahahaha cette blague !!- mais il serait vachement con de me reprocher cela.
Comme il l'a été de régler son compte à mon novice.

Non, c'est pourtant évident. Mon rôle est ici. Si je change de camp, j'aiderais ceux qui ont tué l'Inu. Et ça, je me le pardonnerais jamais. Kenneth doit payer.
...Et tant pis si la nièce vient me faire chier après. Quelle chercher à se venger elle-aussi, je ne suis plus à ça près !
Que l'otage ne soit pas récupéré demain ne change rien. Si on tue Davina, cela montera Turold contre Kenou, ce qui servira bien ma cause qui est de causer la perte du Zombie. Turold lui réglera peut-être lui-même son compte, rongé par la mort de l'enfant. Je connais bien Turold, il n'en restera pas intact s'il venait à perdre Davina. Son esprit fragile vacille déjà dans les limbes de la folie, la moindre étincelle le ferait basculer... Ses pouvoirs de Lycanthropes ne faisant qu'augmenter le danger ! Ah ! Qu'est-ce que cela serait jouissif de les voir s'entre-tuer ! Celui que j'ai regretté toute cette vie impitoyable et celui que j'ai soutenu comme mon fils.
Quelle drôle d'ironie, bercée dans un brin de cynisme tout comme un joli bouquet de chrysanthèmes mortuaire mêlé à un petit air de fête. Laissons donc s'embraser le monde, ce sera divertissant. Avec un peu de chance, cela apaisera même ma douleur !

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Hiro Mizuno
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 32
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Ven 12 Juin - 13:02

Une mioche, des ordres
« Le sang a une très belle couleur vermeille, vous ne trouvez pas ? »
La vampire aux cheveux rouges proposa alors d'aller manger. Je ne pouvais que dire oui. La faim me tiraillait atrocement. Elle laissa de l'argent pour payer nos consommations, et nous prenions donc la porte pour aller en chasse. J'avais déjà une petite idée de l'endroit où se trouverait notre terrain de jeu.

La ville, est le meilleur endroit pour trouver du gibier... Ou la forêt aussi est pas mal...

Souvent on y trouvait des humains, débarqués sur l'île par erreur. Et ils finissaient par crever les premier. Dommage pour eux. Je pris donc la direction de la forêt, qui seraient un bien meilleur endroit, avec des proies de qualités. En effet, les humains s'aventuraient très peu en ville. Ou alors ils étaient bien suicidaires. Je jetais un petit regard vers la vampire, pour voir si elle me suivait. Mes pas s'accéléraient au fur et à mesure qu'on approchait de la forêt. L'envie de créer un véritable bain de sang était omniprésente chez moi, c'en était devenu une seconde nature. Mais là, j'avais faim, très faim. On arrivait bien vite à l'entrée de la forêt. Je reniflais tout autour de moi, pour trouver une odeur. Une odeur de proie. Ce qui se fit bien vite.

Allons y....

Je fis un bond en avant, et courut bien rapidement, bien plus vite qu'un humain ordinaire, mes sens en alerte. J'avais repéré une proie un peu plus loin. Un pauvre petit humain égaré. J'arrivais devant lui. Il était seul. Je fis alors sortir mes fameuses griffes rouges sang. Celles ci sortirent de mon dos, et se plantèrent dans le corps de l'humain. Celui ci me regardait avec terreur.

Ton corps... est aussi mou que du flan....


_________________

Je ne peux vivre avec toi, ni sans toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Ven 12 Juin - 14:09



Je l'entendait blablater sans vraiment l'écouter. Qu'en avais-je à faire des terrains de chasse, sachant que je ne me nourrissais que parce qu'il en était ainsi, qu'autrement je me serais très bien laissé crever de faim. D'humeur piteuse, la chasse ne sera pas abondante. J'étais énervée, agacée et attristée, tout cela en même temps, flageolant mes nerfs avec la force d'un fouet acéré. Les heures s'écoulant à la vitesse d'un cétacé somnolent jusqu'à l'aube m'irritaient. Fallait-il que cela soit si long avant de revoir ce pire ami ? J'étais brisée et souffrais d'un cœur que je doutais posséder et dont les battements ne servaient pratiquement jamais. Il me fallait, certes, me rabattre les idées autant que possible, mais également trouver moyen de ne pas sombrer plus profondément dans le gouffre de dépression s'étendant à mes pieds. J'inspirais profondément et marchais le long de la falaise, aux abords du gouffre.

- Allons y....

Utch ?
Les métaphores, s'pas fait pour ma prune. Non, sévèrement, je me suis encore paumée ! Alors, où est-ce qu'on en est dans l'histoire, déjà ?
Je vois la Goule qui n'en est pas une attaquer un pauvre petit n'Humain qui ne doit pas être bien vieux. J'arrive un peu après la guerre en fait. Redécouvrant les environs, j'observais des arbres aux alentours. C'est bien ma veine ! Pas que j'ai la nature en horreur ou quoï, juste que j'en ait ma claque de vivre en recluse, pieds nus dans la jungle. Alors les arbres, ces temps-ci, j'cherais plutôt du genre à les cramer, n'en déplaise à ma très chère petite nièce aux cheveux verdâtre.
Enfin, si ! Ça lui déplairait atrocement et c'est bien ça qu'est cool !

Ha, enfin ! Un peu de sadisme, un peu de joie de vivre. Je m'éloigne de mon trihybride et marchote un peu, histoire de trouver ma propre proie que les cris de la sienne n'ont pas encore fait fuir. Autour de moi, je ressens peu de vivants. A vrai dire, la forêt semble crevée... C'est qu'au bout de dix bonnes minutes de marche à me demander pourquoi diable ne me suis-je pas laissé agoniser de soif plutôt car sérieux c'est bien moins chiant que de chercher des proies etc que je finis par tomber sur un signe de vie.
Un souffle, enfin.
Et le doux son du sang pulsang* dans les veines.
Et l'odeur moite et âpre d'une transpiration effrénée causée par la trouille.

Ah, cool, on dirait que je touche au but.
1,2,3... Je t'attrape et je te...

Bondissant sur ma proie avec la grâce foirée des garous dont je descends, je me retrouve le cul en l'air et affalée sur... Un mioche.
Putain y'a que des mineurs dans c't'amas de troncs qui puent ? Genre c'est quoï ? La forêt des mineurs ?!
Sérieusement il a quel âge ce mioche qui pleure ? Je lui file pas plus que huit ans et encore, j'chuis gentille. Ma main passe le long de ses joues amaigries, Yuyuh me revient en mémoire.

Fait chier.
Bon bah pas de repas ce soir.
Je me relève et, d'un bon coup de coude dans le front, l'envoie au pays des songes nonobstant un léger cri suraigu de sa part. Je vais pas buter un môme quand même.
Entre laisser crever et zigouiller y'a tout un gouffre. Les enfants, j'y touche pas. Pas depuis que je suis, que j'ai été, mère. C'est ma limite, c'est ma zone de non-droit. Et c'est à se demander ce que fais un gamin tout seul ici. Puis, c'est là que ça me revient. Ce son coincé dans mes oreilles, qui y résonne encore... Il venait... De là-bas ? Il était avec l'autre crevard qui est entre les mains de...
On viendrait pas de buter son père par hasard ?

Putain c'est relou. Quelle idée ils ont de s'accoupler comme des phoques partant du principe qu'ils sont en danger de mort ! Et qu'on me sorte pas qu'un bébé c'est la vie qui renait et un nouvel espoir et toutes ces conneries ! Non, non, vous savez ce que vous êtes ?! Des fils de pute.
Et moi j'ai ce comateux en face des pieds et plus aucun son à cinquante mètres à la ronde.
Je vais pas le sauver, tout de même ? J'veux dire... J'chuis pas -vraiment pas- sa mère.
Non ?

Retirez ce que j'ai dit, j'chuis incapable de laisser crever un gosse. Me tartant mentalement une centaine de fois, je glisse l'enfant dans un fourré et lui cale une réserve de sang vampirique au fond du gosier, histoire qu'il ait assez d'énergie pour tenir jusqu'à ce que je trouve quelqu'un d'assez con pour lui venir en secours.

Mon rôle de méchante en prenant un sacré coup, plus vidée qu'emplie, je retourne sur mes pas voir le gars aux pouvoirs chelous et particulièrement bizarres.

- T'as bu ? On a bu. Super. Allons pioncer maintenant. Une grosse journée nous attend, d'main. Tu m'prêterais pas ton lit par hasard ?

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Hiro Mizuno
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 32
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Ven 12 Juin - 14:40

Une mioche, des ordres
« Le sang a une belle couleur vermeille, vous ne trouvez pas ? »
Je jouais avec ma proie, ne prêtant guère attention à la vampire aux cheveux rouge. Le sang qui coulait du corps de ma victime, ses cris... Tout ça m'emplissait d'une folie meurtrière. De mes longues griffes je ramenais ma proie à moi. Je fis glisser mes doigts fins le long du cou du jeune garçon. Celui ci ne devait pas avoir plus de 10 ans.

Tu n'as pas eu de chance de tomber sur moi....

Je pris sa nuque dans ma main, et la lui tenait fermement, tandis que j'approchais mon visage vers son cou. Je mordis sauvagement dedans. L'enfant hurlait. J'arrachais alors un bon gros morceau de chair du corps du gamin. Celui ci pleurait, hurlait, me suppliait.

Tais toi...

La patience n'était pas vraiment mon fort à vrai dire. A l'aide d'une de mes griffes je le fis taire, en la plantant directement dans sa gorge. Il s'étouffa alors avec son sang qui giclait sur l'herbe précédemment verte. Quand on partira d'ici, il ne restera plus rien. Je continuais alors de manger le corps humain. Celui ci ne faisait plus aucun mouvement, ni aucun bruit. Il était juste mort. Je continuais un peu à manger et à boire du sang, jusqu'à ce que je sois repu. On pouvait dire que c'était un bon repas. Pour cacher le cadavre de l'enfant, l'une de mes griffes l'envoya valdinguer dans un épais buisson qui le cachait parfaitement.

- T'as bu ? On a bu. Super. Allons pioncer maintenant. Une grosse journée nous attend, d'main. Tu m'prêterais pas ton lit par hasard ?

Si tu veux... Rentrons....


Je pris donc la route vers chez moi. Ce n'était pas très loin de là où nous nous trouvions à vrai dire. Ca tombait bien, j'étais claqué et je ne voulais qu'une chose être dans mon lit.

Mon lit est à deux places....On se le partagera...

On arrivait devant ma maison, au bout d'une vingtaine de minutes de marche. Une simple petite maison, dont la décoration était sobre. J'ouvris la porte et invita la demoiselle à rentrer. La porte d'entrée laissait découvrir un couloir aux couleur brune, avec une tapisserie brune elle aussi. Tout restait sobre. Je fis visiter rapidement les lieux à la vampire, et lui montra la chambre. Une pièce toute simple, très peu éclairée, avec un lit deux places contre le mur. On pouvait apercevoir une autre porte, dans le fond de la chambre. Celle ci menait à une petite pièce, où se trouvais des masques, de diverses formes, et couleurs, il y avait un bureau où se trouvait des feuilles éparpillées, avec des croquis dessus. Bref, un joyeux bordel quoi. J'ouvris alors un tiroir, où se trouvait des bocaux. Dedans, il y avait des yeux humains. J'en pris un et le mangea rapidement. Je sortis de la pièce et lui montra ou se trouvait la salle de bain.

Je te laisse t'installer tranquillement...

J'enlevais tranquillement mon débardeur mon pantalon et mes chaussettes. Je me mis à l'aise quoi.

_________________

Je ne peux vivre avec toi, ni sans toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Ven 12 Juin - 15:39



- Si tu veux... Rentrons....
- Je veux.

Cadavre du gars dissimulé dans le coin. Humf, en voilà un qui n'aura pas été gaspillé. Le gars avait l'air calmé, un peu comme une érection lorsqu'on apprend une mauvaise nouvelle. Je le suivis sans trop de soucis, j'en était pas à craindre que le grand méchant loup me r'tourne à la sauvage. Bien longtemps que mon innocence est tombée en même temps que mon chaperon rouge.
Ramassant mes cheveux broussailleux loin de ma gueule, j'observais le calme d'une forêt morte. Il faisait vaguement frais et l'aube approchait docilement, sournoisement. Je n'avais pas peur d'elle, ça ne serait pas la première fois que je regarderais la faucheuse jaune en face. Mes yeux me brûlaient cependant, râleurs à l'idée de réitérer l'expérience. Je les fermais un temps, me contentant des bruits de pas et de l'odeur de sang pour suivre mon guide.

- Mon lit est à deux places....On se le partagera...
M'ouais... Pas que j'étais forcément motivée à l'idée de dormir avec un mec au dersh bien foutu, mais j'aurais bien aimé prendre toute la place et pioncer que d'un œil en étoile de mer. C'est plus pratique si quelqu'un essaie de vous planter un pieu dans l'cœur, m'voyez.

Or donc suivis-je l'olibrius jusqu'en sa place, où la demeure était fort peu chaleureuse tant elle reflétait le mauvais gout maternel, thème que j’abhorrais par excellence, si loin du mien, adaptable pourtant.
Je ne fis malgré tout aucune remarque sur la déco, ma dé-éducation ne m'empêchant pas de me montrer reconnaissance d'éviter à dormir en un trou dans la terre. Les vers dans les oreilles, c'est moyen poétique au réveil.
Nous fîmes le tour de la pièce et je ne m'empêchais pas de remarquer les dessins, si proches de notre talent familial pour la peinture. ..Puis il cassa tout en gobant un œil mort. Tss, nécrophage !
Vampire de bonne famille, je ne goûtais à mon palet que le sang des vivants, amplement plus comestible pour mon espèce qu'un sang caillé et dépouillé de la vie dont il fallait nous nourrir. Certes, de temps à autre, la chair venait à se retrouver entre mes crocs, mais je me retrouvais vite à la rejeter, n'étant pas muni du système digestif nécessaire pour m'en occuper... Tout autant que l'al- LA SALLE DE BAIN !!! BLEURG.

Bon voilà, j'ai souillé le lavabo. Je n'allais pas m'abaisser à garder la tête dans la cuvette tout de même ! Enfin, il a bien quelqu'un pour nettoyer et sinon... On s'en branle. J'ai vomi de l'alcool pur, non digéré et à peine teinté du rosé d'un sang laissé dans les parois gutturales. Il pourrait être bu à nouveau que cela ne changerait rien à son arôme.
Donc à part que maintenant, dans sa SDB, ça pue le rhum, il peut rien me reprocher.
J'en sors, un peu usée, pour m'apercevoir qu'il traine en slibard. Bon, bah okay, c'est la fête du slip. Je dégrafe mon corset qui, il faut le dire, me nique la cage thoracique, et va squatter le lit sans plus ample cérémonie.

- Oyasumi nasai. Parce que c'est drôle de parler dans ma langue natale, et qu'il fallait bien accompagner ce bâillement par quelque chose. Je m'étire de tout mon long et m'apprête à passer une très, très longue journée à rester sur mes gardes jusqu'à ce qu'enfin il soit l'heure de se bouger le cul pour faire ce stupide échange d'otage. En fait, je doutais que Kenou ait pu se laisser chopper comme ça. Il doit surement nous préparer un coup fourré. Turold aussi. Il faut se méfier de ce p'tit con, il est bien plus intelligent qu'il ne le laisse croire. A l'heure qu'il est, il doit être en train de monter tout le village contre nous ou une saloperie du genre... Tu viens t'coucher ou je squatte l'intégralité d'ton pieu ?
Bon, ça va, il est sympa monsieur cul rebondi. Pas le premier trou du dersh venu m'aurait laissé lui chourraver sa piaule sans mot dire. Un peu naïf p'tet, j'chais pas. Aaaah j'ai la cervelle en compote (ça, faudrait que j'en ait une~). Meuf, taggle. Ça sert à rien de disserter, fais semblant de dormir car t'es claquée !

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Hiro Mizuno
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseCerveaux : 32
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV// Ven 12 Juin - 17:20

Titre, titre
« citation, citation »
Une fois que j'eus finis de nettoyer le lavabo, je rejoignis la vampire dans mon lit.

Bonne nuit


Je me mis alors sur le dos et fermais les yeux. J'étais parti pour une bonne nuit de sommeil, après un bon repas. Dans ma tête résonnait encore les cris des mes victimes. Mais je n'éprouvais aucun remord. Comme on me l'avait expliqué, c'était tué ou être tué. Et je n'avais aucunement l'intention de mourir. C'était moi le prédateur, pas les autres. Je repensais a ce qu'on allait devoir faire. Une histoire d'échange d'otage. M'ouai, rien de passionnant, j’espérais juste qu'il y aurait de la baston. Histoire que je puisse me défouler. Le sommeil m'emporta alors dans des songes, remplis de sangs, de boyaux et des cris de mes victimes.


Fin du rp.

_________________

Je ne peux vivre avec toi, ni sans toi...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
est mon nom en ces limbes
Infos de base
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Une mioche, des ordres //PV//

Revenir en haut Aller en bas

Une mioche, des ordres //PV//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A vos ordres mon général !
» Articles AAP 1456
» Soeur Sourire
» Charte de coop. avec les ORs (26 aout 1458)
» qui donne des ordres au « GANG ARMÉ » la Police

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreadful ; Zombies & Autres Décédés :: Le Village :: Zone Commerciale :: Bar-