Hellcome on Dreadful!
Hansel & Gretel
Administrateurs
Profil - MP
Quand la mort n'est pas là, les zombies dansent
- Dans ce monde envahi par des créatures plus étranges les unes que les autres, les Zombies avaient décidés de vivre en paix, il y a déjà quelques décennies. Mais le pouvaient-ils vraiment ? Pour ces êtres, la seule présence d'un être au sang chaud créait chez eux une irrépressible envie de viande fraîche ! Le cerveau, organe succulent s'il en est, eut donc tôt fait de menacer la paix qu'ils avaient cherchés à obtenir. C'est alors qu'une décision extrême fut prise : Les Zombies allaient s'exiler sur une île déserte, rien qu'à eux, et vivre en autarcie ! Ainsi fut créée Dreadful, l'île des morts-vivants !


 

Partagez|

The thorn in your eyes (OS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 62
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: The thorn in your eyes (OS) Mer 24 Juin - 11:38



Elle vomissait.
Cela faisait deux jours que la chouette était couverte de dégueulis et de sueur. Rien de vraiment choquant, la mistinguette avait vécu l'enfer et en subissait désormais le contrecoup. Système immunitaire en pièces, organes internes détériorés, affaiblissement dû à de multiples hémorragies, infections...
Bien sûr, le Maître la soignait. Il était toujours agréable avec ceux dont il se prenait d'affection. Quel dommage qu'il soit si versatile... Mais c'était de ma faute aussi ne m'en plaignais-je pas. Tout ce que je voulais, c'était éloigner 'Ri d'ici, la mettre à l'abri avant qu'il ne soit trop tard.

Passer à la pharmacie, je trouvais ça très con. De une car je n'en avais personnellement pas l'utilité, de deux car cela collait sur mon front un énorme écriteau: je prends soin de quelqu'un d'autre. Et cela, ça me gavait grave.
Mais bon, 'tout pour la cause' ! Si Master Allen le demande, j'y vais, point barre. Il était temps de lui renvoyer un peu l’ascenseur, de m'occuper moi aussi un peu de lui. Ainsi, ces dernières nuits ont étés passées à se concentrer sur la restauration de son château. Je m'occupais du ménage et du bricolage, cela m'ôtait de l'esprit la raison pour laquelle j'étais venue ici.
Achetant donc les boites de médicaments, je m'attendais à sortir promptement et à rentrer, de peur de croiser l'un des gus contre lesquels je m'étais battu il y a peu. Mais ce fut quelqu'un d'autre qui me trouva.

Je la reconnu dès que sa main, fine et entretenue, se posa sur mon épaule. Ses doigts me firent penser aux pattes d'une araignée, je grimaçais sans honte aucune. Teliia. Lady Wolfberg.

" Tu n'hésites pas à faire traîner les choses, Zune. Dire que tu me forces à venir moi-même te remettre les pendules à l'heure... "

Je me retournais pour voir la doyenne encapuchonnée. Bien évidemment, elle ne souhaitait pas être reconnue ! Mais sa cape avait à elle toute seule plus de valeur que la pharmacie toute entière, difficile de ne pas se douter de son identité. La stupidité des Wolfberg me sidérera toujours...

Autour de nous, il n'y avait personne sinon la pharmacienne qui semblait avoir décampé pour nous laisser place libre. Avec dépit, je me dis que si cette dernière avait été acheté, il y avait de grandes chances que le résultat de ma course se trouvât empoisonné. Je laissais tombé le médicament au sol, écoeurée.

" Que fais-tu chez ce vieux fou alors que tu étais censé t'occuper du plan ? Croyais-tu pouvoir tout laisser tomber comme ça ? Comme si j'allais l'accepter ! "

Les Wolfberg et les De Laudreuil avaient beau être rivaux, je devais avouer qu'elle avait ce petit air de famille avec Trixie. Il faut croire que les prénoms en 'T' sont maudis... Je devrais surveiller Turold, tiens.

" Tue-le. "

- Hein ? Non. Tuer Master Allen ? C'est aberrent ! Je ne pourrais pas même si je le voulais. Elle est bête ou quoi ?

" Dans ce cas, je détruirais ta garantie. " C'était méchamment envoyé, mais Teliia ne semblait pas pouvoir combattre sans menacer. J'aurais bien aimé qu'il existe une autre solution à ce problème, cependant je me trouvais obligé de répondre aussi nettement que possible...
- C'est non.
" Pourquoi ? Ce n'est qu'une loque hideuse ! "
- Parce que je suis quelqu'un qui paye ses dettes. Voilà, c'est tout, point. Maintenant ta gueule avec tes saloperies, c'est certainement pas en venant me faire chier que ça t'aidera. Et puis je ne comprends pas pourquoï tu ne te contentes pas d'éliminer Ken et Turold.

Elle sembla interdite quelques secondes. Laissant tomber sa lourde capuche en arrière, découvrant un magnifique visage fin qui me faisait quelque peu penser à celui d'Izzy, Teliia Wolfberg sourit, mais d'un sourire insane et distordu.

" Car je veux le voir souffrir et mordre la poussière. Je détruirais lentement chacune de ses sources de bonheur, à commencer par ses amis les plus proches. "

Pour moi qui ait tendance à sentir l'odeur de la viande fraîche à une distance respectable, je ne pouvais ignorer que celle que dégageais Teliia n'était de loin pas comestible. Quelque chose clochait chez elle. Elle semblait... Morte.
La réalité m'apparaissait doucement. Il y avait peut-être là une faille et je n'avais d'autre choix que de la tenter.

- Ma garantie, te connaissait, doit avoir été tuée. Tu ne gardes jamais longtemps tes otages en vie.

Anthem.

Je voulais m'assurer qu'il fût toujours de ce monde. Sinon, plus moyen de marcher ni même de faire semblant de marcher. Elle n'aura qu'à se trouver une autre poire, je n'avais plus envie de m'abaisser à suivre ses ordres pervers.
Teliia me regardait droit dans les yeux et moi, je détournais le regard. Hors de question d'être sondée par une parfaite saloperie.
Elle déposa un flacon dans mes mains.

- ...Du sang. Je vois. Nous, les Vampires, ne pouvons nous nourrir du sang des morts. Cela est majoritairement dû au fait que c'est l'énergie vitale que nous buvons, et non le sang pour son contenu physique. Si la personne à qui appartient un échantillon de sang prélevé décède, le sang perd petit à petit sa teneur en prana ce qui le rend toxique et impropre à la consommation. Mais qu'est-ce qui me prouve que c'est le sien ?

" Je n'ai aucune preuve, mais tu n'as pas vraiment d'autres choix. " Oh que je la détestais alors ! Je passais ma main sur mon visage, respirant un bon coup. Elle me gonflait parfaitement et elle le savait, alors elle en profitait pour enfoncer le couteau dans la plaie.

- Je vois, j'ai compris, c'est okay. Dis-moi ce que je dois faire MAIS personne ne touche à Allen Walker. Elle eut un léger rire condescendant.
" Allen Walker... Ne me dis pas que tu n'es toujours pas au courant... Son vrai nom est Allen De Lullaby. "

...Hein ?
Pardon ?

" Il compte t'utiliser pour la gloire de la famille De Laudreuil et tu ne vas certainement pas le laisser faire. Ma pauvre, tu t'es faite piégée comme une débutante ! "

J'avais besoin de m'adosser trois secondes sinon j'allais me casser la gueule. Que... Quoi ? Master Allen ? Un membre des De Laudreuil ?
Et il aurait des plans que j'ignorerais ? Moi qui le prenait juste pour un vieux reclus ! Non, pas possible ! La politique ne l'avait jamais intéressé... Merde ! Quelle gourde !

- ...Et... Et naturellement tu serais ma seule alliée dans tout cela, c'est ça, hein ?
" N'ai-je pas joué cartes sur table dès le début, contrairement à d'autres ? " Je devais bien avouer, même si ça me faisait très mal, qu'elle avait raison.
Mais bon, il fallait vraiment le faire exprès pour penser qu'il suffisait de me prouver que mes alliés me mentaient ouvertement pour que je change subitement de camp. La pauvre petite fille perdue... C'est loin d'être moi.

Écoute, Teliia. Si tu continues je vais sérieusement m'énerver et tu ne souhaiterais pas voir ce à quoi je ressemble quand je m'énerve.

" La Goule devait mourir lors de l'échange d'otage. Il a échoué et est passé à l'ennemi aussi mérite-t-il amplement le sort que je lui réserve et que tu vas te charger de réaliser. " C'est... Pas cool pour mon pauvre Uta. Je me demandais bien ce qui lui avait pris de rejoindre ces fourbes de Wolfberg. Il a toujours haït les Yōkai... Amélia était introuvable, avaient-ils réussi à utiliser la jeune fille pour faire pression sur le garçon ? Cela commençait à me fatiguer... Au lieu de prendre autant d'otages, ils auraient pu se contenter... Je sais pas, moi, de concentrer leurs forces sur la capture de Kenou ? Oui, ça aurait été bien plus efficace et moins chiant -faut s'l'avouer !-. Autant étais-je pour l'idée de se foutre joyeusement sur la gueule, autant ça me saoulait grave de devoir saisir comment avançait cette situation halacon. Les Wolfberg sont des emmerdeurs de première.

Rien d'étonnant à ce que Teliia me demande un tel service -c'est une façon de voir les choses, c'était plutôt à prendre comme un ordre!- tout en sachant que c'était moi qui l'avait changé ainsi car Uta n'était, après tout, qu'un esclave et les esclaves pour les Wolfberg, ça vaut moins que de la chair à canon. Un Wolfberg ne s'attache pas à un esclave. S'il le fait, il ne fait plus partie de la famille et si on peut s'en débarrasser discrètement, pourquoi pas. Leur fanatisme finissait par être exaspérant pour une moi qui considérait esclaves et maîtres sur le même plan... Soit des fils de putes.
Non, mais soyons sérieux deux secondes, vous avez déjà vu quelqu'un de bien, vous ? Moi, oui, mais c'est rare et les gens bien ne valent pas le coup car ils meurent trop vite. Les gens sympas se font buter également, mais ils butent avant et c'est la loi de la vie. Si on commence à mettre des barrières pour séparer un mélange de salopards et de gentils d'un autre mélange de salopards et de gentils... Bah je trouve ça con, point. Surtout que les esclaves sont, en général, plus apte à la fermer que les pisseux qui ouvrent leur gueule à tout va. Et moi, j'aime bien ceux qui la ferment, car ça me permet de l'ouvrir.

Un esclave n'essaiera pas de vous utiliser, ou alors c'est qu'il est sacrément suicidaire.

Teliia, par contre, ne s'en privait pas.

" C'est la Goule ou ta garantie. N'hésite pas à choisir, Darling. " Quelle connerie. J'ai l'air emmerdée et le suis. Soupirant, je cherche de l'aide au plafond, mais le plafond n'est pas d'une grande aide. M'agaçant, je piétine le sol avant de me décider.

- D'accord. Uta mourra. Et ensuite ? Teliia eut l'air surprise, air qui passa vite à une mine dégoûtée.
" Cela t'arrive souvent de donner des noms aux objets ? C'est... Déplacé. "

Aux 'objets'.
Mentalité Wolfberg.

" ...Qu'importe ! Assure-toi que Kenneth passe pour le meurtrier aux yeux du Lycanthrope. Je veux que le Lycanthrope soit tué des mains de cette saleté de traître. Cela et la mort de cette garce sera sa punition pour avoir osé se rebeller contre notre autorité. "

Elle parlait de Davina. Je ne pouvais pas la suivre sur ce sentier, pas plus que je ne pouvais conspirer à la mort de Turold. Cet enfant... Je m'y étais tellement attachée ! Mais j'avais perdu Turold il y a longtemps de cela. Le jour même où je l'avais tendu à Philipé avait été la fin de notre relation. Lui courir après... N'avait été qu'un passe-temps dérisoire mais je devais avouer que je l'avais vraiment aimé. Je souffrirais de sa mort.
D'une voix morne, je lui demandais comment allait-on éliminer Kenou car cela prenait réellement son temps, même pour une vengeance raffinée.

" Patience ! Chaque chose en son temps, voyons ! Il existe des destinées bien pire que la mort ! Je ne pensais pas que tu l'ignorais... " Effectivement. Mais je voulais Kenou mort et non pas souffrant. Il me restait assez d'affection pour mon ami pour m'empêcher de ruiner son monde. Allen et lui ont été la raison pour laquelle je n'étais pas l'identique de Teliia à l'heure actuelle. Ceux qui m'ont prouvé qu'être trop catégorique dans ses convictions ne faisait que nous faire passer pour un pédant débile. Ces 'gentils', ces gens 'sympas' parmi les crétins. Lentement, je réalisais que leur nuire serait la pire erreur que je pouvais faire. Pourtant, impossible de pardonner à Kenneth la mort de Bel... Cruel dilemme, il fallait venger le pauvre Inu et il n'y avait plus que moi qui pouvait le faire.

- Libère ma garantie et je m'y mets dès demain soir. Teliia commençait à s'énerver.
" Arrête donc ! On n'entend parler que d'elle ! "ma garantie" par ci "ma garantie" par là...! Tu devrais arrêter de t'attacher à tes possessions matérielles, c'est sale et tu n'emporteras rien dans la mort. Pas même ce petit esclave que tu réclames à tout va ! " Je l'arrêtais d'un geste brusque.
- Combien de personnes savent que tu es morte ? Coupée dans son élan, elle resta la bouche ouverte pour bien cinq secondes avant de la refermer et de me lancer le regard le plus noir que j'ai jamais vu... Et des regards noirs, croyez-moi, j'en ait vu ! Alors, on a un deal ?

Elle décampa et je pris cela pour un oui.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 62
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: The thorn in your eyes (OS) Mar 30 Juin - 15:58



Part II

I bring you pain,
the kind you can't suffer quietly.
Fire up your brain
remind you inside you're rioting
Society is slipping,
everything's slipping away, so...

-Dr Horrible | Slipping

Il ne fut pas difficile d'y retourner, car le médicament n'avait toujours pas été récupéré. Non, la seule justification compliquée à faire auprès de Master Allen fut d'expliquer pourquoï je n'étais pas rentrée durant deux nuits. J'avais effectivement découché à l'auberge après la mise à mort d'Uta, ne serait-ce que pour m'occuper correctement du petit Anthem. Cette nuit était la nuit destinée à ruiner la vie de Turold Darkest. Je n'avais aucune hésitation, bien sûr, mais j'étais fatiguée. Ce sera mon dernier coup, après, je me retirerais du jeu.

- ... Tu crois sérieusement que tu peux arrêter tout ça, Zune ?

Je me retournais. Hm. Teliia. La mauvaise habitude de surgir dans mon dos. Ce coup-ci, pas de cape, elle jouait franc jeu.
En tant que pansexuelle, il m'était terrible de devoir avouer que la métisse était vraiment bien conservée pour son âge. Belle et sexy à souhait, la poitrine généreuse paliée à un air des plus nobles, elle s'habillait également de manière remarquable bien que je préfère la tenue d'Eve aux fanfreluches. Sa robe, fraîchement brodée de motifs elfiques, était d'un blanc d'ivoire. Les perles y étant rattachées étaient forcément des vraies et ressemblaient à des gouttes de rosée matinale. La tenue sur mesure taillait son corps de manière à mettre en valeur une taille de guêpe et des hanches acceptables. Ses jambes, sveltes, me faisaient penser à une sorte de sauterelle, ce qui cassait un peu le tableau, par contre.

- Hm, donc maintenant, même mes pensées ne m'appartiennent plus ? C'est quoi la prochaine étape ? Ton froid, un peu vache. Elle avait deviné ou avait parié juste, mais sa phrase coïncidait avec ce que j'avais en tête. ...Et puis autant râler un bon coup, je n'avais pas prévu de la revoir... C'était plus un ordre de sa part qu'autre chose et je détestais les ordres quand ça n'était pas moi qui les donnait.

- Tu es si prévisible. Un petit sourire narquois, satisfait. Je soupirais et m'adossais contre le mur, l'ancêtre en ayant déjà profité pour s'assoir sur le comptoir.
- Donc tu te doutes que je vais t'envoyer chier, là, hein ?
- Ne t'en fais pas, je me suis déjà assurée de ta coopération future.

...Il n'était pas étonnant, en fait, que toutes deux nous provenions de la même famille. L'une pouvait prévoir le jeu de l'autre et réciproquement. Tout semblait si convenu que je me demandais un instant s'il n'avait pas mieux valut que je déjoue ses actions avant qu'elle ne les effectues. J'aurais pu avoir une longueur d'avance.. Mais elle aussi. Non, finalement, le seul moyen de m'en défaire était de ne plus en avoir quelque chose à foutre, mais son champ d'action étant grand, elle finira de toute manière par me trouver une faiblesse, comme moi une des siennes.

- J'ai reconnu les marques... Tu as réussi à te procurer la technologie du Cinq Flèches, félicitation. Je disais cela d'un ton naturel, mais était vraiment las. Elle croyait vraiment me tenir en laisse longtemps en jouant sur la vie d'un pion ? Si Anthem devenait trop lourd à traîner, je n'hésiterais pas à le jeter.
Ce que je voulais dire, et qu'elle comprenait très bien, c'était que le Cinq Flèches avait pour habitudes d'insérer des micro-bombes aux cinq endroits stratégiques de tout cobaye devant quitter, pour une raison ou une autre, son lieu de détention. Avoir une soeur scientifique m'aidait grandement dans ce genre de connaissances, mais c'étaient mes intrusions régulières dans ce lieu hideusement cruel qui me permettait de comprendre leur fonctionnement. Ce que Teliia avait fait, en toute innocence, c'était placer ces micro-bombes dans le corps du petit Anthem. Elle devait avoir le détonateur sur elle. Un clique, le bras explose. Deux et c'est la jambe... Je vous passe le reste, mais à la fin, tu meurs, bien évidemment.

Enfin, voilà, comme dit, ça devenait lourd.

- ...Tu es décevante, Darling. Vois-tu, il y a une autre raison pour laquelle je souhaite ta coopération, quelque chose que je sais sur... toi et dont tu n'as pas idée.

...Sur moi ? Bah voyons. Puis elle va me sortir qu'elle me connait mieux que moi-même aussi, tant qu'elle y est ? Alors quoï ? Serais-je sa fille cachée ou celle de Dracula ? Les paris sont ouverts !

- Ah merde ! Moi qui me suis toujours dit que je n'étais pas vraiment une Vampire.... J'explose de rire face à sa tronche décomposée. Allez, meuf, tu comprends pas la plaisanterie ?
- Comme tu le sais -sort-elle sans perdre son sérieux-, non... Quel âge penses-tu que j'ai ?
- Tellement rien à battre ! Okay, là elle commençait à s'énerver gravement. Je me tu qu'elle me déballe son petit cliffhanger.
- J'ai plus de huit cent ans.
- Félicitation ! L'même âge que ma Maman ! Et ?
- Ta mère... N'aurais pas dû voir le jour. Elle est une aberration. Mais bien, partons de là si cela te fait plaisir... Ouais, parler de ma mère, toujours mon plus grand plaisir ! Pauvre Teliia, elle allait pas tarder à péter un boulon. Si cette dernière a choisi de devenir prêtresse d'une déité bienfaisante, sache qu'étant enfant, moi, je m'orientais vers la démonologie.. Je sais pourquoi tu te sens unique. Je sais pourquoi tu te sais différente.

...Différente ?
La seule de mon type. Unique. Celle qui voit au delà, qui a conscience de son homodiégese, consciente du fait que la vie n'est qu'une grosse farce. ...Mais non ! C'est une arnaque.

- Ça ne te semble pas bizarre que Kenneth soit toujours en vie ?
- Un peu, si. Avouais-je. J'avoue que j'ai du mal à justifier que tu te sois encombré assez longtemps d'un gars ne faisant que te nuire. Même maintenant, tu n'essayes pas de le tuer... T'es plutôt du genre à zigouiller un esclave lorsqu'il fait tomber une assiette alors s'il s'échappe et t'inflige... Je pointais ma gorge. Ce truc. J'pensais que t'étais devenue maso, en fait. Elle secoua calmement la tête, c'était la première fois que Teliia me parlait sérieusement et je ne pouvais m'empêcher de me sentir un peu bizarre qu'une telle situation puisse arriver. Quoi ? Tu vas me dire que tu as soudainement éprouvé de l'affection pour lui ?
- L'Ira, ça te dit quelque chose ?
- C'est un prénom ou une épice ? Bah nan, ça me disait rien, et j'aurais aimé qu'elle en vienne aux faits, quand même !
- Non, ça n'est pas une épice. Répondit sèchement la dame qui ne se prenait pas pour de la merde. C'est une entité théorique. Une puissance qui possède certains élus. ...Oh putain. Elle en avait sérieusement trop pris.
Voulant reculer mais étant déjà adossée au mur, je retenais un fou rire nerveux. La métisse se foutait littéralement de ma gueule, surtout qu'elle ne s'arrêta pas là. Ignorant totalement mes réactions inattentives, elle poursuivit son récit comme si je l'écoutais.
- Dès la naissance, toi et Kenneth avez montré une très forte prédisposition à en être les récepteurs potentiels. Mais seul l'un d'entre vous s'en est révélé digne sur le long terme... Ou plutôt devrais-je dire l'une. Parce qu'elle allait me faire gober ça ? Je fis un pas en direction de la porte. C'est cette haine qui te consume, n'est-ce pas ? Elle est en toi depuis bien longtemps, te dévore de l'intérieur. Tu es incapable de trouver ta place parmi le reste des vivants... Ou des morts. Cette Folie va te tuer si tu n'as personne pour t'apprendre à la contrôler. M'arrêtant net, je me retournais vers celle qui racontait tant d'âneries.
- Non mais est-ce que j'ai l'air emmerdée ? J'ai trois putains de siècles et demi et tu me sors que quelque chose qui me travaille depuis l'enfance me tuerait maintenant ? Si tu cessais de blaguer et trouvais des arguments valables pour une fois !
- Fais la fière... Mais au fond, tu sais très bien que j'ai raison. Je connais une méthode pour catalyser ton don.
- Mon 'don' ? Tu délires. Cette conversation est finie.
- Tu reviendras en rampant...
- FI-NIE. Je quittais la pharmacie.

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/

The thorn in your eyes (OS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Thorn
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreadful ; Zombies & Autres Décédés :: Le Village :: Zone Commerciale :: Pharmacie-