Hellcome on Dreadful!
Hansel & Gretel
Administrateurs
Profil - MP
Quand la mort n'est pas là, les zombies dansent
- Dans ce monde envahi par des créatures plus étranges les unes que les autres, les Zombies avaient décidés de vivre en paix, il y a déjà quelques décennies. Mais le pouvaient-ils vraiment ? Pour ces êtres, la seule présence d'un être au sang chaud créait chez eux une irrépressible envie de viande fraîche ! Le cerveau, organe succulent s'il en est, eut donc tôt fait de menacer la paix qu'ils avaient cherchés à obtenir. C'est alors qu'une décision extrême fut prise : Les Zombies allaient s'exiler sur une île déserte, rien qu'à eux, et vivre en autarcie ! Ainsi fut créée Dreadful, l'île des morts-vivants !


 

Partagez|

Sacrifice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Turold Darkest
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 23
Profession : Scientifique au Laboratoire Cinq Flèches
Cerveaux : 66
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Loyal Bon
MessageSujet: Sacrifice Dim 26 Juil - 21:01



Pardonne-moi. C'est trop dur.
C'est vraiment trop difficile, je n'arrive pas à le supporter.
Je vois les gens vivre, mais moi, j'ai l'impression d'être mort à l'intérieur. Il n'y a que les ténèbres autour de moi, ils me submergent, m'étreignent. J'ai froid...
Comment pourrait-on vivre l'avenir dont nous avons rêvé ? Je ne suis pas de taille à être quelqu'un. On m'a crée, on s'est servi de moi, on a fait de moi cet outil, cet objet... Comment pourrais-je, un jour, être autre chose que ce que j'ai toujours été ? Ne me pleure pas, je n'ai jamais vécu.
Pardonne-moi les promesses que je ne saurais tenir. Pardonne-moi de ne pas être là pour toi. Je croyais... J'y croyais. Mais la réalité m'a rattrapé... Je ne serais rien d'autre que ce pantin vide, désarticulé. Une lueur de folie dans un cadavre vide.

Je n'ai pas peur de la mort, j'ai peur de la vie. Peur de ne jamais surmonter cette douleur, peur de te faire un jour du mal. Il y a des obligations... Tu sais, un esclave doit servir son maître, qu'importe ce qu'il advienne. Moi... Moi je suis cet esclave. Je l'ai toujours été, même maintenant, une fois lycanthrope. On ne peut pas lutter contre ce qu'on est réellement.

Je t'aime. Je t'aimerais toujours, ma princesse.


Son ami avait soupiré, exacerbé, mais Turold était convaincu. Il se devait de faire cela. C'était la moindre des choses, après tout, pour être un jour absout du crime de trahison. Philipé... Il ne pouvait l'oublier non plus. Son Maître. Un Maître. Il n'était pas né libre, n'avait jamais été destiné à le devenir. L'échec de toute relation le prouvait, désormais. L'échec de sa vie toute entière...
Il avait peur mais savoir qu'il agirait selon sa nature le rassurait. Il n'allait pas mourir pour rien, non, il allait mourir pour plaire à sa maîtresse. C'était un excellent sacrifice, oui, ça l'était ! Son cœur en était empli d'espoir et de félicité.
Il lui était reconnaissant de cette chance d'être pardonné.

Sin avait tenu à l'accompagner... Il avait hésiter à accepté cette offre. Même, pourquoi pas, de l'emmener lui-même sur les lieux, de le posséder pour éviter la souffrance liée à la mort... Turold n'était, il le pensait sincèrement, pas un lâche. Mais il avait fini par accepter. Cela soulagerait certainement la conscience du fantôme.

" N'oublie pas de servir. Nous sommes nés pour ça. " avait murmuré le Lycanthrope, les yeux gorgés de larmes salées.
Ses pas étaient lourds et son corps déjà transit se trainait. Mais il lui fallait faire cet ultime sacrifice. C'était ce qui était attendu de lui. Il retrouvait enfin un sens à sa vie, les mensonges de liberté furent vite effacés face à cette chance.

Le lieu du sacrifice était un vieux cinéma vide ce soir. Turold devança son ami en poussant la porte le premier mais ce qu'il vit le cloua sur place: Le cinéma était recouvert de vieilles photographies montrant principalement une demeure en ruine. Sur certaines, on pouvait voir une enfant qu'il reconnu comme sa maîtresse. L'air fou, les cheveux débraillés, rien n'avait changé sinon cette robe blanche couverte de sang qu'elle affichait fièrement. D'autres personnes se tenaient à ses côtés, il ne les connaissait pas vraiment. On voyait une Elfe, il faut l'avouer, plutôt élégante, on voyait un jeune homme ressemblant vaguement à Kenneth sinon en plus imposant. On voyait des hybrides, en arrière plan, affairés aux corvées. Ils semblaient maigres et malades.
Au milieu du mur du fond, sur l'immense écran de toile, avait été collée un vieux dessin qui avait dû être fait il y a des siècles par un enfant. Le trait était tremblant, le portrait, caricaturale. Il réussi tout de même à reconnaître celui qui l'avait transformé en lycanthrope.
Etait-ce... Une farce ? Devait-il vraiment mourir pour nuire à Kenneth ?

Bien sûr, le zombie lui avait fait du mal. Bien sûr, il lui fallait obéir à ses maîtres car, c'était, après tout, la seule chose au monde qu'il savait et pouvait décemment faire. Mais durant un court laps de temps, quelque chose en lui lui souffla que c'était injuste de mourir pour une histoire qui lui semblait aussi futile.

Il prit une grande inspiration et regarda aux alentours. Nulle trace de...?

- Maîtresse ?

_________________



falling in love, a hard decision
saying things like, "I will protect you."
making the same promise during each end
will you crumble painfully?

it's okay if it's true love
-Ai no Shiren!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Sacrifice Dim 26 Juil - 21:25





I remember when
We used to laugh
About nothing at all
It was better than going mad...

Tu l'aimes, ce cinéma, watashi no tomodachi ? Je l'ai décoré tout spécialement pour toi, je pensais que les souvenirs reviendraient à la vue du décor de notre enfance.
Je me demande encore ce que tu as raté, toi qui est devenu si différent de ce que nous étions. Je me demande encore comment tu as pu me trahir pour d'autres, comment tu as pu mettre un terme à la vie de ton propre enfant alors que je pleure la mienne ?
Es-tu devenu un monstre ? Nous si semblables, voilà que tu envisages ma mort. Pensais-tu que j'allais apprécier tes gestes ? Je te hais mais il n'y a, au fond, aucun sentiment capable de décrire mon ressenti. Je t'ai toujours aimé, souhaité, espéré. Tu... M'as frappée. Tu m'as détruite. Comment as-tu pu si facilement nous oublier ? Ces promesses susurées dans le noir parlant d'un meilleur avenir pour nous deux, des vengeances que nous devions accomplir. Je devais te sauver.

...From trying to solve all the problems we're going through
Forget 'em all
Cause on those nights we would stand and never fall
Together we faced it all
Remember when we'd...

Peut-être est-ce là que j'ai échoué. Je n'ai pas pu être là à temps, je n'ai pas pu te délivrer. On me disait que tu étais mort, je l'ai cru. Comment aurais-tu pu vivre si longtemps, toi qui n'était qu'un simple hybride ?
Un esclave.
Une pauvre âme que j'eus aimé.

Mais il faut que je te remercie. L'affection éprouvée à ton égard m'a permis de tenir. Je revoyais tes yeux lorsque les miens se reflétait sur les scalpels de mes tortionnaires. Je gardais ton image en mémoire, constamment, et me chuchotait que tu subissais toi aussi cette souffrance. Que, si nous étions pareils, alors il n'y avait nul doute que je survivrais à cette torture. Puis lorsque la douleur m'aura rendue folle, je te ressemblerais d'autant plus.

Tu n'as pas été là dans la cage de Sombrebois. Je l'avoue, je t'ai perdu à ce moment, tu as disparu. Tu n'étais plus là pour me réconforter, pour me parler dans le noir d'un plan d'évasion. J'avais laissé tomber, nous deux condamnés, à jamais enfermés.
Mais j'ai pensé à toi, je t'ai réclamé à mon chevet une fois sauvée ! Tu étais dans mes pensées, tu étais contre moi. Tu étais moi.
Au moins l'un de nous était sauf. Au moins avais-je réussi à te sauver à moitié, ma moitié. Le remord m'a rongé, moi qui ne connaissait pas la culpabilité. J'ai fermé les yeux. J'ai essayé d'oublier ta mort parmi les vivants mais tu étais dans chaque amant que je prenais. Chaque personne que je tuais... Il me semblait que nous les tuions tous les deux.

...Stay up late and we'd talk all night
In a dark room lit by the candle light
Through all the hard times in my life
Those nights kept me alive

Je t'en veux tellement... Celle... Celui qui a abandonné l'autre... Ça n'est pas moi, c'est toi ! Tu m'as délaissé, oublié ! A quoi est-ce que je sers si tu te fiches de ce que je suis devenu ! Au mieux, tu souhaites ma mort, au pire, tu m'ignores ?! Mais personne ne m'ignore, moi... Ne sais-tu pas que je suis La Grande Zune ? On me craint, on m'honore. On me respecte, on me hait ! Personne ne m'ignore, mon nom résonne comme une litanie dans la gorge des esclaves, comme un écho de haine dans celle de mes semblables ! Comment une personne... Surtout toi, une personne si importante ?! Pourrait...
Vivre.
Sans moi.
Après tout ce que nous avons traversés ?

Pourquoi suis-je la seule à toujours vouloir voir nos voeux s'accomplir... ? Je ne te reconnais pas. Je ne te reconnais plus. Je préférais quand tu essayais de me tuer, c'était plus marrant.

Those nights belong to us
There's nothing wrong with us

I remember when
We used to laugh
And now I wish those nights would last

Alors j'ai décoré ce cinéma ! Peut-être que ça t'éclaircira un peu les idées !
Tu as peut-être oublié ce quelque chose d'important, après tout.

Turold ?
Turold, tant pis ! Merde, tu es tellement plus important que lui ! S'il faut un petit sacrifice pour te remettre la cervelle en place, je ne demande pas mieux... Tu n'as pas idée de ce dont je suis capable pour obtenir ton attention. Cela car, visiblement, tu ne me connais plus.
J'ai disparu de ta mémoire.
Un fantôme diaphane, tout comme Sin, j'ai honte et je me sens mal, frustrée, dégoutée et écoeurée. Et Ruko est là, près de moi, je sens sa présence. Je regrette.

J'ai échoué pour tout.
Je suis vaincue.
Alors regarde-moi t'implorer à genoux de te souvenir de ce que nous fûmes lorsque le monde entier était contre nous.

- Maîtresse ?

Je sors de l'ombre, débraillée comme à l’accoutumée, fatiguée comme récemment. Une nouvelle habitude, lassée et blessée, on dirait un semblant d'oiseau fusillé en plein envol. Comment puis-je haïr autant l'image que je renvois ? Je me sens faible.

- Je suis là, Turold. Sin est ici aussi. Je le regarde d'un demi-sourire, peu convaincue, peu assurée. Bon travail, Sin. Je m'approche du lycanthrope et l'enserre dans mes bras. Merci d'être venu, mon enfant, je ferais ça vite.

Ramassant le katana, posé négligemment sur l'un des sièges de la sombre salle, je jette un dernier regard au jeune garçon.

- Adieu. ....Avant de lui ouvrir les entrailles d'un coup sec. La suite sera d'une facilité déconcertante. Il recevra ce morceau de Turold, que je prélève en découpant un intestin. Il saura bien où nous trouver si son flair n'est pas également devenu de glace...

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Sin
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 23
Profession : Conseillé de Zune De Laudreuil
Cerveaux : 74
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
0/100  (0/100)
Alignement: Loyal Mauvais
MessageSujet: Re: Sacrifice Dim 26 Juil - 21:52

Puisqu'on en est aux confessions, aurais-je tord de dire que je ne suis pas satisfait de la situation ?
Que sacrifier mes amis me pèse, que perdre Turold me semble une torture. J'ai choisi mon camp, c'est vrai, mais solliciter sans cesse ma loyauté... M’écœure. Je deviens terne, je deviens froid. J'ai honte de me lier aux autres si c'est pour après, mieux les détruire. Zune, je t'aime. Je t'aimerais toujours, n'en doute pas, mais si tu pouvais être un peu moins irréfléchie, tu verrais qu'il y a toujours une solution alternative aux plans que tu accomplis. Si tu m'écoutais un peu plus...
C'est vrai, je ne suis pas comme toi, en dépit d'essayer sans cesse de te ressembler. J'ai besoin d'avoir des amis près de moi, j'ai besoin de savoir ceux-ci heureux. Lorsqu'ils vont mal, je tremble pour eux. Jamais je ne souhaiterais les sacrifier pour une cause ou une autre. J'envie cette facilité que tu possèdes à te débarrasser de tes proches. Moi, je souffre en silence.

Tako est en sureté, mais j'ai eu tellement peur pour elle... Tu sembles l'avoir laissé en paix, c'est tout ce qui compte. Pour cela, je te laisse mettre à mort ces personnes si importantes pour moi. Que Devil me haïsse, que Turold se sacrifie. Tant pis, je suppose que ce doit être quelque chose apparenté au destin. Ce monde est injuste, ce monde est cruel, je le sais depuis si longtemps, mais tu as tout de même souhaité me l'apprendre. Je n'oublierais jamais le temps que nous avons passé ensemble, ainsi que les sentiments que nous partageons. Être à tes côtés restera toujours mon unique obsession. Mais s'il te plait, soit plus clémente ou je ne tiendrais jamais le coup...


Turold, pauvre Turold. Indigo se sentait mal d'avoir infligé cela à son ami, mais ce dernier semblait si déterminé... Il pouvait comprendre, lui-même aurait probablement hésité dans une telle situation, mais ne l'aurait certainement pas fait. Son but à lui, c'est de vivre aux côtés de sa maîtresse, qu'il aime, au départ, car elle lui a sauvé la vie... Vu qu'il ne voulait pas mourir. Donc non, disparaitre à jamais pour les beaux yeux d'une vampire pourpre qui ne sait pas ce qu'elle veut, il éviterait. Enfin, c'est une question de bon sens. On ne peut pas profiter de sa Zune si on meurt pour elle.
Après, oui, c'est vrai, quand on est esclave il faut assumer, etc. Mais il pouvait se sentir chanceux de ne pas faire parti de ceux ayant à vivre un tel dilemme. Lui savait bien que la situation restait sous son contrôle, qu'il interviendrait au pire, et pour le reste... Pour le reste... Elle faisait ce qu'elle veut, il ne se sentait pas directement menacé par l'imbécile blond. Au contraire, il se ferait même un royal plaisir de piétiner son cadavre !

Cela ne lui échappait pas qu'Uta était carrément mort en vain. Bien sûr, si Zune s'amuse à fausser les plans de l'autre Wolfberg en jouant sur l'amitié reliant Turold et Kenneth.... C'est un peu idiot, c'est vrai, mais au moins il s'agissait d'un amant de moins. Sin a beau avoir une certaine empathie et même de la compassion pour certaine créature vivante, cela n'en restait pas moins des rivaux concernant l'attention de la vampire. Et puis sérieusement, une goule ? La dernière goule en date, c'était lui. En refaire une manquait clairement de savoir-vivre.

Voir Turold mourir fut atroce. Comme prévu, il posséda le corps du lycanthrope au moment du coup, pour éviter à ce dernier d'avoir à vivre l'agonie (ce qui rendit le moment d'autant plus atroce pour le fantôme). Après être tombé à quatre pattes au sol, le bide ouvert, Sin regarda un peu surpris les tripes en pendre... Cela lui faisait une drôle d'impression de vivre ça aux premières loges, lui qui l'avait déjà infligé tant de fois à diverses gens... Il avait froid, il avait mal et, pire que tout, le corps tremblait comme un milk-shake que l'on fabrique. La puanteur des organes était aussi frappante... Sans vraiment vouloir en rire, ça puait le renfermé là-dedans ! Les intestins, gorgés de nourriture même si Turold avait tendance à manger peu, se vidaient par là où l'entaille était faite et un mélange de déjection et de nourriture en court de digestion dégoulinait sur le sol, mélangé au flot de sang de toutes les nuances de rouge. Ce même sang coulait de ses lèvres et il le lécha un instant, surpris d'en trouver à cet endroit, puis releva la tête vers leur Maîtresse. Zune était terriblement belle, même entre-aperçue des yeux de Turold. Elle était folle, elle était malsaine et carrément crade, mais depuis qu'il s'y était habitué, il ne pouvait pas imaginer plus jolie crétine. Il lui rendit son sourire de tout à l'heure et quitta le corps avant que la mort ne frappe, allant se placer aux côtés de la rouquine.

- Je vais porter le message et je reviens. Un dernier regard au cadavre de son ami. Il était désolé pour lui, vraiment. C'était un chic type mais Zune voulait absolument sacrifier quelqu'un auquel elle tenait pour se donner l'impression de rendre son geste pathétique. Il n'avait su l'en dissuader. Fait chier.

_________________
Ah, j'espère que tu es prêt pour les déboires
Car le Diable a tiré ton numéro ce soir
Tu peux faire tes prières au besoin
Si tu t'enfuis tu n'iras pas bien loin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 348
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Sacrifice Dim 26 Juil - 23:02

Un... morceau d'entrailles ?
En voyant le fantôme arriver, il savait que cela allait être mauvais. Quelque chose se passait, c'est clair, et c'était quelque chose qui allait l'éventrer vif. Ce type... Il s'était libéré de l'emprise de Lully, Kenneth était bien trop paranoïaque et défaitiste pour imaginer que ce fût elle qui l'envoyait. Non, et vu le visage qu'il affichait, quelqu'un était mort.
Au vu de l'odeur qui se dégageait du morceau d'organes, il n'hésita pas sur la provenance. Kenneth se glaça, il regarda le fantôme mais celui-ci avait disparu. Il se senti affreusement mal.

Non... Non, non, non ! Impossible. Il n'avait pas pu mourir ?! Pas comme ça, pas maintenant ! Pas après ce qu'il lui avait fait... C'était une blague ! Un mauvais rêve ! Non...
Kenneth tomba de son tabouret, hébété. Il regarda ce morceau puant qui était tombé avec lui et en rit lourdement. Turold... Son ami, son frère. Le seul type lui ayant un tant soit peu offert cette saloperie que les puristes appellent amitié. S'il l'avait pu, il en aurait perdu la raison. Il ramena ses jambes contre lui, les serrant à s'en péter les tibias. Sa tête bouillait, elle qui était froide comme la mort depuis si longtemps. Il se sentait glisser de l'incompréhension à la rage...
Qu'avaient-ils fait à Turold ? Ce gamin, si gentil, si niais, pour qu'il essaye de le tuer et enfin meurt à son tour ?! Comment pouvaient-ils avoir fait ça à un enfant si dévoué ?

Il était trop idiot pour ce monde, il était trop innocent pour ce monde.

C'était un cauchemar.
Un cauchemar semblable aux autres, semblable à tous ceux ayant peuplé sa vie d'images horrifiques. Il pensait qu'en fermant les yeux, en évitant les problèmes, en restant cloitré dans ce laboratoire, il pourrait s'en tirer. Après tout, n'avait-il pas droit à une pause, lui qui avait trimé pendant tous ces siècles ? Souffert, asservi ! Une raclure de fond de poubelle, une merde à peine utile ! Il avait espéré son calvaire fini, mais non ! Il ne pouvait y échapper.

Il savait très bien ce qui se passait. Au bout de trois siècles d'expérience, on commence à saisir le pire lorsqu'il arrive. C'était cette salope de Zune qui avait finalement réussi à attirer son attention. Le pantin violet trainait à ses pieds, de toute manière. Ah, la bonne blague, il avait hébergé l'outil de son ennemie ! Le serpent dans sa demeure...
Lully... Avait dû le libérer. Elle avait bien pu être de leur côté tout du long. Peut-être même les avait-elle amenés sur ce continent pour faciliter la préparation de cette vengeance. Il enrageait de ne pas s'être débarrassé de la grognasse plus tôt.

...Turold.

Ça faisait mal, mal à en crever, comme ce jour où, tirant sur ses chaînes, il s'était approché de la tête d'Hoshizora roulant à ses pieds. Et Teliia, de l'autre côté de la cage, articulant assez clairement pour qu'il puisse comprendre, même dans cet état...
Si tu ne veux pas mourir de faim, tu ferais mieux de manger.

De la manger. Et vous savez quoi ? Il l'a fait. Rongé jusqu'à l'os, ce visage adorable, cette personne aimé, cette peau moisi, dévorée par la mort, cette chair dégueulasse. Il avait arraché les joues à coups de crocs, dépecé la peau du front puis avait planter les doigts derrière les globes oculaires et les avait contemplés quelques instants... Avant de les enfourner et de les mâcher avec toute la sévérité du monde, son regard planté dans celui de Teliia qui observait la scène d'un air calme, comme si ce spectacle n'avait rien d’inhabituel pour des esclaves.

Alors, vous pensez bien, un morceau d'entrailles...
Kenneth l'avala tout rond.

Puis il se leva, péniblement avec ce bras foutu, et il avança. Il ne savait pas où se trouvait l'ennemie, mais cette ville était la sienne, et il saura se démerder pour la débusquer...
D'un pas fou, il fit le tour des nombreux édifices, ouvrant et claquant les portes sans se gêner. Lorsqu'il ouvrit la porte du cinéma, au bout de trois quart d'heures de recherche, il faillait partir par réflexe mais quelque chose le cloua sur place...

- Zune, je vais te tuer.

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nataku Momoji
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 252
Profession : Infirmière
Cerveaux : 15
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Bon
MessageSujet: Re: Sacrifice Dim 26 Juil - 23:30





    Non... J'avais échoué.
    C'était cuisant, ça faisait mal. Comment, pourquoi... Je surveillais Ken. On m'avait dit... On m'avait prévenu... Mais il était avec cette fille alors... Pourquoi ais-je été aussi bête !!!!!!

    Baka, baka, baka ! Maintenant, tout était perdu. Turold...
    De cette salle de projection où j'avais vu sur la salle, je m'écroulais au mur, ravalant mes larmes. Trop salées, trop dégoutantes. Turold, qu'est-ce qu'il t'ont fait ...?
    Je m'en veux, je suis désolée. J'aurais dû intervenir.

    Je vois tout ça se mettre en place et je sais que je n'ai pas vraiment le choix. J'ai l'épée que Zune a laissé tomber il y a quelques jours, quand on s'est battues. J'aurais dû la tuer là. L'épée est empoisonnée. Je sais bien ce qu'il me reste à faire.
    Je ne comprends pas ce qui a pu se passer. Pourquoi s'est-il laissé faire...? Je le sens, il ne s'est même pas défendu. Il allait mal, trop mal, et moi je n'ai pas su voir ça. On était amis, tous les quatre. Maintenant, tout est parti. Cette harmonie que je voulais conserver... Turold haïssant Ken, Ken haïssant la terre entière... Moi, seule rescapée de cette phobie, de cette folie et maintenant, j'ai bien trop peur pour agir.
    L'image de Turold mort me reste dans la tête. Elle va me rendre folle. Infirmière, tu parles ! Pas capable de sauver qui que ce soit...

    Je peux passer par derrière. Je frapperais quand le moment sera venu. Un coup d'épée, plusieurs... J'en sais rien. Mais ce soir... Je vais me débarrasser d'elle. Tael devait être le seul... Mais les victimes s'amoncellent. Je ne la laisserais pas détruire une nouvelle fois ceux que j'aime. Je ne la laisserais plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://orphelinat-sanada.forumactif.org/
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Sacrifice Lun 27 Juil - 9:19



Je pouvais remercier le ciel et l'enfer, car il était là.

" Zune, je vais te tuer. "

Un sourire, moitié triste, moitié sage. Le garçon me touchait profondément. Un jeune homme, que j'eusse autrefois connu. Nous étions enfants, pleins d'innocence et d'espérance, nous aurions eu le monde à nos pieds.

Je l'espère bien...

Ravalant ces mots, me mordant la lèvre inférieure de ces canines par trop visibles, je cherchais la phrase qui ne venait plus. Me retournant vers le fond de la salle, où Turold avait été cloué sur le portrait à l'aide de pieds de sièges arrachés, je trouvais l'inspiration dans le cadavre.

- La loyauté. Avouais-je d'une voix tremblante. La loyauté, sais-tu seulement ce que c'est ? Semble-t-il que tu l'eus oublié à l'instant même où tu pointas le poing vers moi. Ses yeux. Ses yeux, je n'arrivais pas à les regarder. J'avais le visage baissé, le corps engourdi. Intimidée, gênée. La haine était dépassée par d'autres sentiments... J'étais si heureuse d'avoir enfin son attention ! Qu'as-tu fais de notre enfance ? L'air pitoyable et mes yeux gorgés de larmes ne pouvaient dissimuler la joie que je ressentais à sa présence. Même si ça n'était que pour un instant factice, un delirium pre mortem, je voulais revoir celui qui avait changé ma vie.

Ma main se resserra sur le katana gorgé de sang, mais il s'agissait plus d'un réflexe destiné à me rassurer que d'une initiative d'attaque. J'attendais le moindre signe de sa part, la moindre preuve que la coquille stupide en face de moi avait été celui que j'eus connu, mais il avait tant changé... L'idée de le blesser me heurtait désormais, je n'avais plus envie de lui faire de mal. J'avais, après tout, ce que je voulais. Sa présence, sa voix... Était-ce trop demander ? Je m'affirmais que non, j'étais en droit de réclamer cette part d'innocence que nous avions.

Dans l'état où sont les choses... Tout est fichu, maintenant, n'est-ce pas ?

- Allez, ça ne sert à rien de grogner si tu ne sais pas te battre.

S'il attaquait, je saurais me défendre. Je n'en avait pas envie, mais ne le laisserais pas me tuer. Je le réduirais en poussière, je le réduirais en cendres. J'étais plus forte que lui. ...Mourir tuée par un esclave ! Personne n'y croirais !
Des comme toi, je m'en fais dix au petit dej' !

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 348
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Sacrifice Lun 27 Juil - 9:39

A la vue du cadavre de Turold, cloué au mur tel un martyr, la haine prit le pas sur ses sens. L'horreur de la situation l'avait enseveli, ne révélant qu'un nuage d'autres cauchemars terribles mais semblables qu'il avait traversé dans ce même état de transe qui le contrôlait désormais. Il n'était plus lui-même. La proie, en face de lui... Il lui fera la peau.

- La loyauté. La loyauté, sais-tu seulement ce que c'est ? Semble-t-il que tu l'eus oublié à l'instant même où tu pointas le poing vers moi. Qu'as-tu fais de notre enfance ?

Un rire sévère, cruel.
- Ferme-la, sale conne ! Est-ce que tu te rends compte du mal que tu fais ?! Non ! Et tu sais pourquoi ? Car t'as pas la moindre conscience ! J'ai changé, c'est vrai. Je suis devenu bien plus digne que tu ne le seras jamais, salope de vampire !

Elle était née avec cette cuillère dorée dans la bouche et elle osait se plaindre ?! Tout lui avait sourit, elle avait eu l'avenir devant elle et l'avait ruiné dans un élan d'amusement. Eux deux, semblables ? Ils n'avaient rien à voir ! Il avait souffert, lutté... Sa vie n'avait été qu'un défilement d'horreurs sans nom et elle, elle se pensait pareil... Elle n'avait pas idée et n'en aurait jamais car c'est ainsi que sont ces espèces merdiques, ces moins que rien qu'il faudrait éliminer de la surface de la terre.
Ayant ruinée sa vie, elle en gémissait désormais. Mais qui était resté, à mourir sous les coups, sous l'humiliation quotidienne, alors qu'elle n'était tout simplement pas revenu ? Des promesses avortées ? Où était la vérité lorsqu'elle avait rompu la leur ? Le laissant souffrir durant trois siècles, elle avait tout simplement vécu sa vie.

- Allez, ça ne sert à rien de grogner si tu ne sais pas te battre.

Une chambre en désordre et un lit blanc comme neige. Un squelette malmené dissimulé sous draps et bandages. La douleur qui s'était emparé de lui à cette époque lorsqu'il la vit blessée, le besoin de savoir près de lui cette personne aimée.
C'était pas toi qui ...Qui m'avait dit que ça ne servait à rien de grogner si l'on ne pouvait se battre ? Tu n'as pas changé d'un pouce. Il ne te reste qu'à me le prouver.


Jouer sur des souvenirs ne signifiant plus rien pour lui était inutile. Il chassa de son esprit les rappels d'une complicité passé. Il ne restait d'elle plus que cette créature sans âme qui avait tué son meilleur ami. Il ne lui pardonnera jamais cela et fut plus que soulagé qu'elle commence le combat en resserrant son emprise sur le katana. La devançant, il attaqua, toutes griffes dehors, et la plaqua à terre pour la rouer de coup. La frapper était une délivrance, mais il entendait ses jointures se briser à chaque coup. Sa main se disloquait et lorsque celle-ci fut totalement brisée, il n'hésita pas à frapper avec l'os de son avant-bras. L'important était de la blesser, l'exterminer, même si c'était la dernière chose qu'il devait faire. Pour Turold, pour son ami qu'il avait vu changer au fil de ces dernières semaines, qu'il avait senti partir et dont le cadavre, en haut de la salle, les toisait terriblement.

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zune De Laudreuil
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Self-destruction, love!
Cerveaux : 58
Localisation : DTC
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: Sacrifice Lun 27 Juil - 9:56



- Ferme-la, sale conne ! Est-ce que tu te rends compte du mal que tu fais ?! Non ! Et tu sais pourquoi ? Car t'as pas la moindre conscience ! J'ai changé, c'est vrai. Je suis devenu bien plus digne que tu ne le seras jamais, salope de vampire !

Peut-être, mais il était devenu un autre. Malheureusement, il n'y avait nul moyen pour nous de revenir en arrière, je le comprenais désormais. Le premier coup de poing fut pour lui, je n'aurais jamais attaqué la première mais ne fut pas surprise qu'il eut mal interprété mon geste... Il semblait tant sur la défensive, c'était attristant.
A terre, je me laissais frapper uniquement pour contempler son visage à lui de plus près. Lorsqu'enfin cela fut trop, je l'éjectais au loin de ma télékinésie, l'envoya frapper le mur. M'en rapprochant, j'entendis un bruit sourd. C'était le cadavre qui était tombé de sa croix, à cause des vibrations causées par un Kenneth un peu trop lourd.

Je l'avais mal attaché, il faut bien me l'accorder.

- Peut-être, oui. Semblant hésiter, je m'enorgueillis alors que se projeta devant moi l'image de Belphégor. Tu as certainement été plus digne, ô toi qui a assassiné ton propre fils... Pourquoi, déjà ? Moi, j'en ait pris soin comme s'il était le mien ! Je l'ai sauvé, je l'ai choyé ! Qu'as-tu fait pour ce mioche, ô digne toi ! Tu l'as condamné à une mort atroce ! Crachais-je, écœurée. J'ai été la seule à le pleurer ! Belphégor Wolfberg ! Pauvre petite chose... Il n'avait même pas de nom. Sans moi, il serait mort dans la crasse d'une cage trop petite pour lui, rongé par la folie d'un monde impitoyable. Accentuant mes propos, j'écrasais le zombie contre le sol, par à coups, soudain énervée moi aussi à cause de l'adolescent sacrifié. Ah tu pleures la mort de Turold ! Ah tu m'en veux car je l'ai tué ! Et Bel alors ?! Personne ne t'en voudras pour ta connerie ?! Il était mon novice. Un salopiot, un ingrat. Un jeune gars fougueux, languis par le désir d'une liberté qu'il n'aurait jamais trouvé. Mais il était une passion, et quelqu'un de certainement plus digne que son bâtard de père. 'Personne ne devrait survivre à ses enfants'... Je vais veiller ce soir à ce que le dicton devienne réalité. Pourquoi ne pas mourir tous deux ? Enlacés ? Oh Sin ne revenait pas, c'était l'occasion idéale ! Levant mon katana, le restreignant par télékinésie, je m'apprêtais à lui trancher la tête...

_________________


Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
avatar
Nataku Momoji
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 252
Profession : Infirmière
Cerveaux : 15
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Chaotique Bon
MessageSujet: Re: Sacrifice Lun 27 Juil - 15:09











    Tu as certainement été plus digne, ô toi qui a assassiné ton propre fils...

    ...Il avait fait quoi ? Mais qui tuerais son propre enfant ?
    Ne retenant pas le dégoût que l'histoire m'infligeait, mon refus d'y croire, je postais une main sur mon ventre pour y contenir la nausée.
    Mais ça n'était pas le moment de régler des comptes. Qu'elle mente, j'en suis sûre, mais je ne pouvais quand même pas la laisser agir, étant sûre ou non d'être dans le camp des gentils... Elle, elle ne pouvait de toute façon pas y être.
    Alors j'ai attrapé cette épée oubliée là-bas, je me suis remise sur mes deux pieds et suis passée par un chemin dérobé, caché par les allées. J'ai avancé sans me poser de questions, sans réfléchir, puis, enfin, lorsque je me suis trouvée derrière elle qui levait l'arme, j'ai frappé. J'ai enfoncé l'épée dans son dos, contre sa colonne vertébrale, et j'ai tourné, tourné, jusqu'à ce qu'elle fasse deux tours complets. Le sang et les entrailles qui coulaient rappelaient la blessure infligée à Turold. J'ai souris tristement.

    Puis j'ai retiré l'épée, et j'ai frappé un deuxième coup, là où je pouvais. Encore, et encore.

    - Crève, crève ! Je pleurais tout en frappant et ça me faisait vraiment du bien. Les souvenirs de cette nuit revenaient... Tael... Tael... Je le vengeais enfin. La souffrance que nous avions endurée à cause d'elle ! Il ne fallait pas qu'on souffre encore par sa faute... Non, non, c'était terminé.

    - Je ne vais pas te tuer. Mais... Mais j'ai mieux ! Crois-moi, il y a bien pire que de mourir pour toi. J'essuyais mes pleurs du revers de la main et regarda Ken qui était flou à cause de mes yeux trempés et de ma mauvaise vue. Toi, il faut que tu te relèves. Turold va avoir besoin d'aide lorsqu'il va se réveiller.

    Son corps glacé, les battements incertains de son cœur... Ces moments d'étourdissements, ces soucis de transit... Je n'étais pas bête au point d'avoir ignoré ce qui se passait. Je ne l'avais vu que rapidement, mais je savais déceler la mort quand je la voyais. Turold était infecté... C'était un zombie et maintenant qu'il était mort, le processus était fini.

    Savait-elle ce que ça fait de vivre avec un corps qui pourri ?! Qui peut pas être réparé ! Comment avait-elle osé faire ça à Turold qui n'avait rien fait ! Mais elle paiera. Ce que je lui ait fait là, avec son épée empoisonnée, c'est rien de ce qui va lui arriver.

    Ken... Je n'arrivais plus à le regarder. Je n'avais pas envie qu'il m'explique. J'en avais peur. J'avais peur de ce qu'il avait fait. Ici, tout le monde est un enfoiré. Personne d'innocent, de gentil... Je n'arrive pas à comprendre... Je croyais que c'était quelqu'un de bien, lui...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://orphelinat-sanada.forumactif.org/
Contenu sponsorisé
est mon nom en ces limbes
Infos de base
Fiche RPG
MessageSujet: Re: Sacrifice

Revenir en haut Aller en bas

Sacrifice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sacrifice Personel
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» The Binding of Isaac (Le Sacrifice d'Isaac) (Attention âmes sensibles)
» Le sacrifice d'une vie pour une autre
» Le sacrifice paraît une condition nécessaire à la vie ▬ Heather

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreadful ; Zombies & Autres Décédés :: Le Village :: Zone Commerciale :: Cinéma-