Hellcome on Dreadful!
Hansel & Gretel
Administrateurs
Profil - MP
Quand la mort n'est pas là, les zombies dansent
- Dans ce monde envahi par des créatures plus étranges les unes que les autres, les Zombies avaient décidés de vivre en paix, il y a déjà quelques décennies. Mais le pouvaient-ils vraiment ? Pour ces êtres, la seule présence d'un être au sang chaud créait chez eux une irrépressible envie de viande fraîche ! Le cerveau, organe succulent s'il en est, eut donc tôt fait de menacer la paix qu'ils avaient cherchés à obtenir. C'est alors qu'une décision extrême fut prise : Les Zombies allaient s'exiler sur une île déserte, rien qu'à eux, et vivre en autarcie ! Ainsi fut créée Dreadful, l'île des morts-vivants !


 

Partagez|

How are You ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: How are You ? Jeu 30 Juil - 9:50

Shina… Pardonne-moi.
La lumière étreignant l’ombre, le serpent dévorant la chair. Je soupire, je transpire. Autour de moi la glace me dévore, je me débats en vain. Il n’y a rien à sauver, j’entends mon propre hurlement servir d’écho à la nuit.
Effrayée, horrifiée, les mains couvertes de sang, je tente à nouveau de me jeter dans ce sombre délire qui m’empêche de faire face à la réalité. Mais Mistigri est là, et Shina aussi, et tous ceux qui ont étés fauchés par mon comportement égoïste. Opal est là aussi, de son sempiternel regard sévère, il me juge. Je détourne la tête.
Lorsque je finis par reprendre mon souffle, il n’y a plus rien autour de moi. J’halète, épuisée. Des murs épais ont succédés aux pièces capitonnées. De la pierre… Mon visage collé contre. Mes mains… Déliées ? Les manches pendent lourdement, la camisole est détruite. Je souris d’un air éploré. Il y a… Du sang ? Dans la pièce ?

‘Il est temps que tu payes pour tes crimes

C’est ma voix, je sursaute. Qui est là ? Montrez-v… J’ai mal aux yeux, ils me brûlent. La main d’Opal sur mon épaule, le sang qui perle de ma bouche. Une scie s’écroule au sol, je m’effondre à son endroit. La pierre s’est incrustée dans mon visage.

Pensais-tu que je te lâcherais comme ça ? Ha. Tu es pitoyable, ma chère.

Je ne le savais pas ? Depuis toutes ces années, à fuir ces horreurs, à torturer, tuer, déchiqueter, faire résonner la lente symphonie du sang et des cris aigus, fredonner sur l’air de l’agonie… Les mains et pieds liés, à accomplir chaque nuit ce rituel de peur de voir s’effriter les seuls personnes tenant encore à moi.

‘Je ne voulais pas ça… Ils les menacent, tu sais. Si je pars, si je pars sans- mou-r-…. ILS VONT LES TUER TOUS JUSQU’AU DERNIER !!

Recroquevillée sur moi-même, mes ongles trouvent tout naturellement leur chemin vers mes yeux et je réalise la provenance de ma douleur quotidienne. Oui, j’ai recommencé cette terrible habitude. Ah, le liquide poisseux sur mes doigts…

Je n’ai jamais eu le choix.
Et Jûmon est là aussi, aux côtés d’Opal.
Un geste en sa direction, à lui dont j’avais rêvé…

De ta faute.
De ma faute.

Je les ai tous tués, suis-je la mort elle-même ou une de ses incarnations ?
Tu es une catastrophe ambulante.
Aide-moi !

J’ai mal au cœur, à me l’arracher. J’ai mal aux bronches également, je ne peux plus respirer. Ma tête… Devrait être découpée, elle ne me servirait à rien mais tu sais, j’ai peur de mourir. Même si cela implique de tous les tuer, je ne veux pas…
Finir.

Ce feu brûlant qui m’enflamme les pupilles, les cris terrifiés de ma sœur tombant au sol, convulsant, dévorer par l’élément purificateur. Mon père adoré à ses côtés…. Ce regard insane sur ses traits. Je recule, je me cache dans le couloir. J’ai peur.
Je ne peux pas la sauver, j’ai si peur !
Et s’il venait à me tuer moi aussi ?

Zune !!

Pourquoi suis-je si lâche ? Pourquoi garder ce secret ? Pourquoi ne pas mourir ? Un coup de tournevis dans le crâne, faire retourner et sauter le cerveau…

‘Trancher la tête. Comme à cette époque, ma chère.

NON !!

Eclair de lucidité. Je le chasse. Autour de moi, la pièce brune, dévorée par la rouille. Où est-ce ? Qu’importe. Des gémissements. Les mie… Pas les miens. Elle est là, la chose rouge, rongée par le sang, brisée. Les membres brisés !!
La scie au sol…
Qu…. PARDON !
Je me lève, je retourne. Me soulève, succombe. La porte… Fermée, serrée… Je tente de la forcer, frappe dessus autant que possible, je hurle, je scande… Que quelqu’un ouvre !!

_________________



Laisse-la derrière uniquement pour la voir ramper
A travers nos sombres jardins d'insanité
Elle sera la lumière qui te guidera au foyer
Si tu offres ce baiser valant raison d'exister


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Turold Darkest
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 23
Profession : Scientifique au Laboratoire Cinq Flèches
Cerveaux : 66
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Loyal Bon
MessageSujet: Re: How are You ? Jeu 30 Juil - 10:07



Mort… La mauvaise blague, que faisait-il toujours ici, alors ? Ce coup-ci réellement perdu, sans nulle chance de faire marche arrière. Il appartenait à cet engeance, à ce village, il ne le quittera plus. Il se sentait étonnement plus serein, mais également plus perturbé que jamais. Il allait retourner vers Esther, la cicatrice sur son ventre presque invisible. Mais Zune avait disparu et il ne saura jamais ce qu’il s’était réellement passé cette nuit-là. Pas de nouvelles de Sin non plus, il était inquiet pour lui.
Avait-il réellement fait son devoir ? Etait-il quitte avec son passé ? Difficile de le savoir mais quelque part au fond de lui, il se disait que sa dette était payée.
Le village n’avait jamais paru aussi propre à l’accueillir. Les passants semblaient plus souriants, plus compatissants. Il n’était plus l’étranger, il était l’habitant. On le reconnaissait, on l’appréciait. Il souriait en retour, peu assuré mais le cœur léger.
Il allait se plaire, ici.

Expliquer la situation à Esther semblait un tout autre sujet. Il le repoussait au maximum, tentait de ne rentrer qu’une fois l’âme apaisée, tous les conflits achevés. Sa prochaine mission ? Trouver une petite amie à Kenneth. Il ne lui avait pas pardonné la mort d’Uta et ne la lui pardonnerait jamais, mais il ne se serait quitte avec lui qu’une fois qu’il lui aura rendu ce service. Ensuite, peut-être, pourra-t-il penser à la vengeance. Mais pour le moment, il n’avait pas du tout envie de s’en préoccuper.

Alors qu’il déambulait ces rues familières, un bruit étrange provenant d’un vieux basement le fit sursauter. Il s’en approcha. Une voix… Elle semblait divaguer ? Qu’avait-on mis ici ? Qui avait-on…
Doté d’un cœur d’or, et ce malgré l’idée qu’il pouvait délivrer une créature destinée à y être enfermée –mais si, vous savez, les esclaves- voir même dangereuse –une tueuse en série ?- il se dit qu’il préférait libérer une meurtrière que de laisser enfermer une innocente. Il y avait eu bien trop de malheurs ces derniers temps pour qu’il ignore celui-ci… De plus, il était plus rare, selon lui, qu’une femme soit mauvaise. Ou plutôt, il était plus facile pour lui de leur trouver des excuses.

Appelant à l’aide, cherchant dans les rues, il réunit assez de personnes pour s’occuper de défoncer la lourde porte. Que cela soit avec des lames, avec des pierres, des chevaux… Cette dernière fini par tomber. Il entra.

L’odeur était atroce, cela puait le sang et les tripes. Lorsqu’il vit une jambe trainer sur le sol, il frissonna. Cette jambe, ce pied plus précisément… Il le connaissait.
Merde !
Zune ?

Avançant, là un bras, là l’autre jambe, il trouva une créature au sol, brisée et en pleurs. Il l’ignora, cherchant la potentiellement morte du regard.
Au vu de la situation, il aurait mieux valut.

_________________



falling in love, a hard decision
saying things like, "I will protect you."
making the same promise during each end
will you crumble painfully?

it's okay if it's true love
-Ai no Shiren!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Jeu 30 Juil - 10:21

Trop de lumière. J’ai mal aux yeux. Ces lampes dirigées vers moi… Ils viennent me chercher ! Non !! Eloignez-vous ! Allez-vous en !! Démons !
Je recule, je pleure. Je ne saisis plus rien mais je reconnais pourtant… Ce garçon, oui, je l’ai connu. Il est bon. Il peut m’aider.
Je m’approche, m’agrippe à lui de mes yeux jaunis. J’essaie, parmi les murmures qui résonnent dans ma tête, de m’emparer des bons mots. Les yeux brisés dans les siens que je n’aperçois pas, je murmure des ordres incohérents, cherchant à tout prix à grimper sur lui pour rester à sa hauteur. Mes jambes ne me supportent plus.
Il faut que les yeux entrent en contact sinon il ne m’écoutera pas !!

‘Ramène-la au Cinq Flèches… Membres prêts… Transplantation. Je tousse, je m’étouffe. Du sang, des filaments sanglants. C’est effroyable ce qui sort de ma bouche, je le lâche et retombe, occupée à trembler face à ce que mes lèvres laissent échapper. Meurtre… Mist…. Non !!
Je ne l’ai pas tué.
Je ne l’ai pas…
C’est pas vrai !

Je le voulais, je le souhaitais, je l’espérais mais je-
PARTEZ !!

Me suis-je seulement levée ? Je suis à genoux, blessée. Je me suis fait mal… Quelque part. Autour de moi, le vide, immense, prêt à m’absorber.
Plus personne.
Pas même le cadavre.
Pas même…

Je pleure.

_________________



Laisse-la derrière uniquement pour la voir ramper
A travers nos sombres jardins d'insanité
Elle sera la lumière qui te guidera au foyer
Si tu offres ce baiser valant raison d'exister


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 349
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Jeu 30 Juil - 10:27

Les hurlements de la nuit se mêlent à la faiblesse de ses tympans. Pour la première fois, Kenneth est troublé. Le regard écœuré de la petite gosse lui reste en travers de la tête. Pourtant, il l’avait juré, ça n’était pas son fils. Pas cette chose qu’il ne connaissait pas, produit de l’enfant qu’il avait élevé. Salsifi… avait disparu il y a bien longtemps. Il avait oublié son existence le moment même où ils l’avaient emmené. Il ne voulait plus souffrir.
Le vent glaçait frappait sur ses os, glissait entre son corps. Il n’avait jamais connu cette sensation de manière aussi intense. Enfin débarrassé de ce reste d’histoire, enfin seul, il pouvait espérer un avenir serein. Un avenir solitaire.
Personne jamais ne le comprendrait. Il s’y était habitué, il n’entendra jamais que sa propre voix et toute autre personne sera immensément dangereuse. Le zombie ne croyait de toute manière plus à l’amour et était fatigué de se battre. Un peu de repos, n’importe où, sera le mieux qu’il pouvait imaginer.
Mais ce qui lui barra le chemin, ce soir-là, sortait tout droit de ses cauchemars.

Il resta immobile face à la forme se dessinant à travers l’air sec. Ces courbes uniques, d’une finesse impossible, cet air digne, bien trop sûr, bien trop terrible… Les cheveux tombaient en cascades sur les habits parsemés d’étincelles. Sous la frange de cette chevelure divine, on pouvait apercevoir les yeux d’un monstre.

Teliia.

Sa maîtresse.

D’un air désabusé, peu sûr, Kenneth recula lentement. Mais elle l’avait vu, inutile de s’y méprendre. Allez, elle était seule. N’est-ce pas qu’elle était… Bien sûr que non. Lui-même avait assisté à ce genre de règlement de compte. Teliia faisait diversion mais autour de lui l’encerclaient une vingtaine d’assassins de haute pointure. Il avait autrefois été un de ces assassins.

-Mon plan est visiblement tombé à l’eau mais… Son plan ? De quel plan parlait-elle ? La prise d’otage ? Ah, oui, ça faisait un moment. Il l’avait connu plus à la page. …Ça n’est pas pour autant que je vais t’abandonner, ne t’en fais pas ♥

Courir. Oui, mais il était encerclé ! Où ? Tout droit ! Sur Teliia ! Faire mine de l’attaquer, puis faire un détour à quatre-vingt dix degré ! Ils ne s’y attendront pas. Trop de victimes essayent d’attaquer la diversion, ils penseront qu’il agit comme tel. C’était de toute manière sa dernier chance, il ne préférait pas savoir ce que l’Elfe lui réserverait comme punition pour l’avoir zombifié !
Car il espérait qu’il l’ait fait. La morsure l’avait déstabilisée, c’est vrai, et il n’avait pas pris la peine de lui adresser une lettre pour avoir des nouvelles… Mais si elle était encore là, à le harceler, c’est bien car il avait dû lui fournir le motif pour cet acharnement. Imaginer cette chair dont elle était si fière se nécroser petit à petit le faisait jubiler. Même s’il était tué cette nuit, il sera en paix rien qu’à cette idée.
Ce fut donc avec un sourire ravi sur le visage qu’il entreprit son plan. Il arriva jusqu’à Teliia sans problème et tout le monde l’y attendait, prêts à la protéger. Il fit son détour en tentant de perdre un minimum de vitesse. Mais sa jambe flancha, et il senti les griffes brûlantes de l’Elfe s’accroche à sa nuque. Faisant un effort surhumain, il réussi cependant à s’en détacher, abandonnant fragments de peau. Trouvant sur son chemin un vieux bâtiment, il s’y jeta et entreprit de barricader la porte détruite, une vieille planche, un morceau de ciment… Tout ce qu’il pouvait pour barrer le passage. Y mettant toute son énergie, déchirant le bandage tenant son bras droit qui dodelinait désormais, il finit par faire quelque chose pouvant les retarder durant bien dix minutes. Maintenant, il n’y avait plus qu’à espérer qu’ils mettent encore dix minutes à trouver le bâtiment et cela lui ferait vingt minutes de répit. …Bon, il était grand temps qu’il pense à une méthode mettant fin à ses jours sans trop le faire souffrir, pour lui éviter de retourner lécher les orteils de l’elfe.

Mais elle faisait trop de bruit, elle, aussi, à chialer !
Manquant de s’emporter contre l’inconnue, il remarqua qu’il y avait bien une inconnue en train de se morfondre à voix haute depuis tout à l’heure. C’est pas vrai mais elle allait les faire repérer ! C’était bien sa veine, ça !

-Hé, boucle-la ! Tu vois pas que j’ai d’autres problèmes ?!
Enfin, ça, c’était avant de remarquer malgré la pénombre la quantité effarante de sang tâchant les murs et la fille. Elle-même avait l’air en piètre état… Les cheveux détachés, ébouriffés, les yeux révulsés et couverts de coupures, les mains blessés, le visage plein de terre… Et la camisole en prime. Kenneth soupira. Il avait le chic pour tomber sur les cas.
S’approchant de la damzelle, il s’agenouilla à sa hauteur.
-Je suis sérieux, ferme-la où je vais avoir de très gros ennuis. Une autre gamine, au final. Elle n’avait pas l’air dangereuse mais son expérience lui avait appris à se méfier des femmes couvertes de sang. Quelqu’un lui avait-il fait ça ? Avait-elle été enfermée ici pour être torturée ? Cela n’était pas sans lui rappeler sa propre expérience et il compati légèrement envers cette fille paumée. …Pas trop, cependant, il n’était pas du genre à la plaindre. Il l'aurait bien fait taire de force, d'ailleurs, mais abîmé comme il l'était, la fille aurait même pu avoir le dessus et il aurait eu l'air con, massacré par une décérébrée. Fallait lui changer les idées, ouais. Mais il n'avait pas spécialement envie de taper la discute non plus... Tant pis, hein, y avait pas le choix. C'est quoi ton nom ?! Hein ? Moi c'est Kenneth, et toi tu t'appelles comment ? C'était dit avec toute la grâce et la délicatesse du monde... Avec ça, aucune chance qu'elle lui réponde par des sanglots ! Non, il était fier de cette tentative consistant à la calmer.

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Ven 31 Juil - 15:03

Une voix difforme et des bruits inaudibles. Ils étaient partis, m'avaient laissés là. Tous. J'hurlais quand ils approchaient, que je reste ici à me dissoudre dans le vent ! Je serais bien plus soulagée de ne même plus exister.
Je sentais ma peau me brûler, je l'aurais joyeusement écorchée si mes doigts avaient pu bouger, mais ils semblaient figés, crispés à jamais. Je reprenais difficilement un souffle que je n'avais plus, je cherchais dans des nuages invisibles la force de faire cesser cette inutilité.
Mais ma volonté n'était plus à remonter à la surface. De cette folie surfaite, je trouvais mon salut. Loin des horreurs et des tortures, c'était la seule échappade qui m'était permise. Autrement, ils me rattraperaient. Mais la Folie leur plaisait, il s'agissait pour eux d'une fin appréciable, où je conserverais à jamais enfermée les secrets que je n'étais censé répéter. Enfermée, ils m'avaient encore sous leur contrôle.
Libre, loin d'eux, j'étais un danger imminent.

La voix se rapprochait, se faisait entendre. Plongeant ma tête entre mes bras, je la chassais de mes pensées. Je ne voulais pas qu'on m'attire vers cette lumière tranchante qu'était la réalité. Ma folie factice...

'Tu penses qu'hurler et agir comme une cinglée fera disparaître la culpabilité, mais tu ne pourras jamais y échapper. Ricana Opal.
- C'est faux ! C'est faux, c'est faux ! Je ne ressens plus rien ! Je jetais ses paroles à son visage, me resserrant plus sur moi-même, tremblant à l'idée qu'il ait raison.
' ..... Dit Jûmon et je tentais d'occulter ses paroles.
- .... Hein ? Moi c'est Kenneth, et toi tu t'appelles comment ?

Interloquée, je relevais un visage baignée de larmes vers la personne me faisant face. Lycanthrope. Zombie. Âgé. Abîmé. Ne tiendra pas longtemps avant de devenir Squelette. S'est battu récemment. Il sent la mort, autant que moi certainement, peut-être un peu moins et ses pupilles ne mentent pas.
Le type de personne un peu rustre, mais semblant compatissante. Le type de personne avec qui je ne m'entendrais pas, trop grossière. Un peu comme ma so-
Je tousse violemment, tâche de chasser ces dernières images de ma tête. Non, ne pas y penser...
Ses pupilles font des aller-retour nerveux de moi à la porte, il semble agité. Un danger imminent.
Il me communique son stress, ce qui me donne la nausée.

- Quel est le danger ? Tentais-je d'articuler mais ma gorge se bloqua à plusieurs reprises. Je me rendis compte que je m'étais déboîtée quelques dents et crachais des caillots sanglants dans ma main blessée. Je n'avais aucune envie de remonter à la surface, mais je n'arriverais pas à replonger tant qu'il se trouvera à côté de moi, à me fixer. Toussant encore un peu, j'émis un air gêné. Eh bien, explique-moi. Si cela semble si pressant, tu devrais ouvrir la bouche au lieu de rester coi.
En attendant, je remarque d'autres détails. Six doigts sur ses mains, le trou dans son torse là où devait surement se trouver son cœur... Hétérotaxie. Comme... Ce phénomène génétique est rare mais bien répandu chez les Yōkai. Un individu sur mille environ, en prenant en compte que les individus d'une même famille ont plus de chance d'être touchés. De faibles chances de faire partie de la Famille mais des chances tout de même.
De plus, il me semble bien que mon oncle Iemitsu possédait aussi un sixième doigt. Lui faire confiance serait exagéré mais le sujet m'intéresse, je veux bien faire un effort. Un sourire tout rationnel étira mes traits.

- Je crois que je peux t'aider.

_________________



Laisse-la derrière uniquement pour la voir ramper
A travers nos sombres jardins d'insanité
Elle sera la lumière qui te guidera au foyer
Si tu offres ce baiser valant raison d'exister


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 349
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Ven 31 Juil - 15:22

...En fait elle faisait semblant.
Elle avait l'air en parfaite santé, à le toiser de haut en bas. Il avait vraiment l'impression que la fille venait de se fiche royalement de sa tronche. Il l'aurait bien envoyé balader, à demander, comme ça, quel est le problème. Le problème ?! Tu veux savoir ce qu'est ce putain de problème ?! Je viens de te le dire, idiote ! T'as du mou dans le cerveau ou quoi ? T'es sourde peut-être ?!
Le problème c'est qu'il faut que tu la boucles, merde !

Soupirant longuement et nerveusement, bien que ce fût assez difficile pour lui de réaliser cette action étant donné qu'il n'y arrivait tout simplement plus -sa gorge, enflée par le processus de décomposition, l'empêchait littéralement de souffler. Il se demanda un instant comment il réussissait encore à parler... Un réflexe inné, certainement. Mais ça foutais les j'tons. Cela signifiait que sous peu, il sera même encore incapable de parler ?
Il se trouva idiot à s'alarmer sur sa langue bien pendue, lui qui pensait au suicide il y a à peine quelques minutes.

- Je crois que je peux t'aider.

Hin, hin. ...! Non, mais elle a la cervelle déboitée ? Elle vient à peine de débouler dans l'histoire et elle croit qu'elle peut sauver la situation rien qu'en claquant des doigts ?! Finalement, peut-être qu'elle est plus folle que ce qu'elle laissait à penser.

- Parce que t'arriverais à vaincre l'elfe comme ça, rien qu'en claquant des doigts ? Et les assassins aussi, tant qu't'y es ! Et pourquoi pas décimer toute la famille Wolfberg ? Vas-y, franchement, ça me f'rait plaisir ! Mais t'étonne pas de retrouver ta jolie petite face coupée en deux avant d'avoir pu ouvrir la bouche. ...Et c'est là qu'elle sortait des fagots un pouvoir de malade ce qui expliquerait pourquoi elle fût visiblement détenue en camisole ! Non, faut pas rêver, des miracles du genre, ça tombe pas tous les soirs. Une chose est cependant certaine; il n'aura pas sa mort sur la conscience... Non, ça fait longtemps qu'il n'en a plus, de conscience. L'utiliser comme boucler vivant lui passa même à travers l'esprit. Qui sait ? Un otage, peut-être ? Non, elle ne semblait pas assez importante pour ça et puis Teliia ne négocierais pas. Il entendait d'ailleurs les sbires bousiller sa barricade, ce qui amplifiait quelque peu l'urgence de la situation. La voix perçante de l'elfe se faisait entendre à travers les gravas...

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Ven 31 Juil - 16:34

L'elfe ? Les Wolfberg ? ...Wakai ?
Cela n'augurait rien de bon. Me figeant un instant, je tentais de réfléchir au meilleur moyen de l'éliminer s'il en allait réellement de la survie de ma fille. Mais qu'avait fait cet imbécile pour s'en attirer les foudres ? Je savais l'adorable jeune femme d'un caractère assez indocile pour s'agacer au moindre soucis, mais de là à le mettre dans cet état...?

Dans tous les cas, c'était contre ma famille qu'il était. Et bien que j'eusse ainsi confirmation que je m'étais gourée lamentablement en le croyant, lui, de mon sang, je ne pouvais pas laisser les choses traîner.
Le bruit à la porte s'intensifiait. M'en approchant, mes oreilles hypersensibles détectaient les voix sans trop de problèmes. C'était... Tante Teliia ?
Oh non, pas elle.

Les Wolfberg et les Berger ne sont, au départ, qu'une seule et même famille. Durant la chute de la capitale, apparemment détruite par les esclaves, nous avons été scindés en deux branches distinctes. Une fidèle à ses principes, réagissant à cette catastrophe comme une trahison, et une préférant montrer la clémence pour ces pauvres créatures. A cette époque, j'avais vu tomber les membres de notre famille sans pouvoir agir. J'avais malgré tout fait de mon mieux pour protéger les enfants, au moins ma fille.
Nos deux branches sont ainsi fâchées depuis plus d'une centaine d'années mais certaines personnes n'hésitent pas à les relier, notamment-
Oui, cela arrive de temps à autre.

Les unions Wolfberg et Berger sont également courantes, cela ne nous gênent pas plus que cela, mais c'est parfois une guerre morale lors de la cérémonie. Officiellement, nous essayons de nous réconcilier.
Mais Teliia... Teliia... Excusez mon langage mais Teliia est une conne. Il n'y a jamais eu la moindre entente possible avec la 'doyenne' des Wolfberg, c'est un peu comme si son rôle de sage la poussait à faire la moindre ânerie lui passant par la tête. D'une stupidité impossible avec les esclaves familiaux, n'hésitant pas à les tuer à la tâche ne serait-ce que pour prouver que oui, leur point de vue est effectivement différent du nôtre et oui, ils ont le pouvoir de faire cela, cela fait bien longtemps que nous avons renoncés à la raisonner. Elle est même un objet de dérision entre ma mère, mon frère et moi, qui nous moquons souvent de son incapacité à diriger sa branche. Une femme égoïste, égocentrique et cruelle, en somme. Toujours à miser sur l'apparence, elle nous occulte, c'est vrai, mais uniquement au niveau du public. Pendant que nous faisons acte de charité, elle organise des festivals à objectif sacrificiel.

Voilà que je l'avais presque en face de moi. Les tables ont encore tournées. Maintenant, c'est au garçon d'être mon allié et aux Wolfberg d'être...

- Ce sont eux qui t'embête ? Allez, reste près de moi et ils ne te feront rien... S'ils ne souhaitent rompre la trêve du moins. Je doutais Teliia capable de faire cela. Inutile de dire que si nous commencions à nous entre-tuer, il y aurait guerre interne au sein des Wolfberg ! Personne n'aime taper sur son cousin ou son oncle.

Lorsque la barricade céda, je me trouvais devant. Les sbires au premier plan, firent mine d'attaquer mais Teliia les en empêcha.

- Un incident est si vite arrivé... Mais je ne m'attendais pas à te trouver ici. Que fais-tu en Dreadful, ma petite Izzy ? Sa voix. Je n'ai jamais pu sentir sa voix... Allez, sourire forcé. J'ai peu de self-control mais vais tenter de faire de mon mieux.
- Je suis contente de vous voir ici et vous renvoie la question, tante Teliia. Un continent mort ne sied guère à votre teint. Je tentais de prendre exemple sur- essayer d'être mielleuse au possible tout en ignorant que c'était du fiel qui coulait véritablement de mes lèvres pincées.
- Je suis venue... Régler un léger soucis. Mais tu entraves quelque peu mon action.
- S'il s'agit du zombie que vous cherchez, je crains que vous n'enfreignez ce faisant la trêve envers Dreadful. Cela nous nuirais à nous tous. Teliia commençait à s'impatienter, son teint de poupée virait rouge mais certaines tâches blanches m'affirmèrent que la circulation sanguine ne se faisait pas correctement. Excusez-moi, ma tante, mais vous ne semblez pas aller bien ...? J'avais visé juste car elle refréna un sursaut.
- Rien ne t'échappes, hein ? Dit-elle d'un ton saccadé, gêné. Vu que tu es si perspicace, tu comprends donc pourquoi il vaudrait mieux que tu nous laisse agir. Ils ne t'embêteront pas, nous sommes venu pour le zombie. Non, je ne comprenais strictement pas. Enfin, si, maintenant et avec son aide, je venais de réaliser. Elle était infectée.
Empoisonnée.
Ses gênes d'elfe entraient en contradiction avec le virus qui la tuait à petit feu. Elle n'arrivait pas à se transformer en mort-vivante. Teliia Wolfberg était condamnée.
Cela aura des répercussions immenses sur l'avenir de notre famille, sur les deux branches. Privée de leur leader, nous pourrions espérer une fusion, un renouveau. ...Sauf si quelqu'un souhaitait prendre sa place. Mais il n'y avait plus borné qu'elle, nous pouvions facilement être optimistes sans craindre une grave désillusion. La nouvelle me plaisait presque.
Elle l'avait bien cherché.

Restait qu'elle souhaitait attaquer le zombie à l'arrière et qu'un tel caprice pouvait bien nous coûter notre famille si Dreadful réclamait réparation. On ne rigole pas avec le traité de non-agression. La dissuader ? Pourquoi p... Attendez ! C'est lui qui l'a mordu ?
Ah, je comprends mieux. Je comprends bien mieux. Elle veut se venger. Et naturellement porter plainte ne fait pas partie de sa façon de faire... On n' "est jamais mieux servi que par soi-même", n'est-ce pas ? Ah, l'irresponsable !
Il me fallait cependant trouver une astuce.

- C'est bête, ça serait un immense affront que vous vous attaquiez à mon fiancé. Oups, c'est sorti tout seul. Je n'avais malheureusement pas la nuit pour réfléchir et il fallait trouver quelque chose de crédible, ou du moins d'assez important pour qu'elle nous laisse tout deux tranquilles. Désolée... Je ne me souviens plus comment tu t'appelles. Mais ne t'en fais pas, c'est sans engagements !

_________________



Laisse-la derrière uniquement pour la voir ramper
A travers nos sombres jardins d'insanité
Elle sera la lumière qui te guidera au foyer
Si tu offres ce baiser valant raison d'exister


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 349
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Ven 31 Juil - 17:11

- Ce sont eux qui t'embêtent ? Allez, reste près de moi et ils ne te feront rien... S'ils ne souhaitent rompre la trêve du moins. Uh ? C'est quoi ce délire ?
La débile !! Elle se jetait dans la gueule du loup.

- Recul !! Tu vas te faire massacr- Bon, trop tard. Salut, bon débarras. T'étais trop conne pour survivre. Non mais franchement ! Des assassins dégagent la barricade et toi, tout ce que tu trouves à faire, c'est de te mettre pile-poil devant, dans leur chemin ? Quelques millièmes de seconde de gagnées mais il avait du coup perdu les précieuses minutes qui lui avaient été alloué à taper la discute avec elle. Il manqua d'aller se planquer dans un coin -dans l'espoir, on sait jamais... Mais la voix de Teliia, inhabituellement pacifique, résonna dans le bâtiment.

- Un incident est si vite arrivé... Mais je ne m'attendais pas à te trouver ici. Que fais-tu en Dreadful, ma petite Izzy ?

Sa 'petite Izzy' ? Hein ? Quoi ?! C'était quoi cette connerie ?
Restant bête sur place, les pieds plantés dans le sol, il regardait la jeune de dos et la vieille de face se parler comme si elles s'étaient toujours connues. Attend... Elles se connaissaient ?!
C'était une Wolfberg qui l'aidait là ?
Les paroles fusaient à une bonne vitesse et sa stupéfaction l'empêchait de les saisir toutes... Voir la plupart en fait car il n'y comprenait vraiment rien. Mais elle lui faisait gagner du temps, c'était un bon point, ça. Il chercha du regard un objet quelconque pouvant servir d'arme et tomba sur la scie. Il allait s'en saisir -se suicider ou essayer de buter Teliia au passage... Mais quelque chose l'arrêta net.
Cela aurait très bien pu le tuer net et il s'étouffa longuement en entendant la chose terrible qui venait de se jouer. Non ! Nooon ?! Elle avait pas décemment pu faire ça !

" C'est bête, ça serait un immense affront que vous vous attaquiez à mon fiancé. "

Quooooooi ?!
Lui ?! Fiancé ?! Plutôt crever !!!!
Ah, c'est ce qui risquait d'arriver...
Mais quand même ...! Quel pari con. Ca ne marche jam...

- Ça ne marche pas. Déclara Teliia en éclatant d'un rire sinistre. Bah ouais, sa propre fille avait sorti la même chose et la délinquante s'était retrouvée... Il ne savait même pas ce qu'elle était devenue. Teliia l'avait tout simplement rayé de la carte, sa vie et la famille au passage. Comme si elle allait agir différemment avec sa nièce. Avançant, elle dégagea Izzy d'un revers du bras. Maintenant, pousse-toi de mon chemin où tu rompras de toi-même notre trêve. Cela aurait été l'instant rêvé pour attaquer la vieille peau, mais les sbires suivaient de très près. Trop près. Kenneth eut un mouvement de recul, il serra plus fort la scie qu'il avait ramassé entre temps. Se tuer ? La tuer ? Se tuer. La tuer. Se tu-

- Merci, c'était sympa d'avoir essayé. Maugréa le garçon à l'encontre de la fille même s'il ne lui pardonnait définitivement pas le coup du mariage. Ça n'était pas un dernier élan de générosité que de la remercier, non, il avait besoin d'entendre sa voix pour lutter contre ce sentiment de panique qui l'envahissait. Il aurait certainement crié comme un enfant ou pleuré dans le cas contraire. Il ne pouvait pas retourner là-bas ! Teliia esquissa un air satisfait.

- C'est dans leur immonde idéologie d'être généreux avec les déchets. Mais toi et mon savons très bien où tu appartiens.
- Tu sais quoi ? Si tu t'zombifies ça sera qu'un juste retour des choses ! Il haletait, cherchait des mots qui ne venaient pas. Il n'avait jamais réellement haussé le ton face à elle... Teliia le terrifiait. Même lorsqu'il essayait de s'échapper, il ne l'avait jamais défié. Il se sentait infiniment lâche. Je suis mort, fous-moi la paix, bordel ! Se donnant l'impression d'un enfant rejetant l'autorité parentale, il eut plutôt honte. Pourquoi... Pourquoi ?! C'est si simple de m'oublier et faut que tu me poursuives à travers la terre entière !! C'est pas les esclaves qui manquent pourtant ?! Si t'avais lâché l'affaire avant, je t'aurais jamais mordu !! Surprise, l'elfe l'examina. Elle ne s'attendait pas à ce que l'esclave parle. A ce qu'il exprime ainsi son point de vue... Par des mots.
Cherchant quelque chose à lui répondre, regardant, stupéfaite, ses sbires et se rendant compte que son secret s'en trouvais désormais dévoilé, la rage prit le dessus et elle murmura...
- Exterminez-le !

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Ven 31 Juil - 17:38

Ça ne marchait pas ? Je me sentais blessée que Teliia en rit ainsi. Mon mariage semblait-il donc si improbable ? J'ai déjà eu un mari, je te rappelle, pauvre fille ! Je ne suis pas incapable de me trouver quelqu'un ! ...Je peux me faire aimer très facilement si je le souhaites. C'est juste que...

'Que tu es incapable de les garder en vie. Me souffla Opal dans le creux de l'oreille. Je le chassais d'un revers de la main avant que Teliia ne me pousse de la sienne.

- Hé !
- Maintenant, pousse-toi de mon chemin où tu rompras de toi-même notre trêve.
- "Ton" chemin... Puérile. N'essaie même pas de l'approcher. Soufflais-je, menaçante. Je ne savais pas ce que je pouvais faire pour l'en empêcher, nonobstant.

- Merci, c'était sympa d'avoir essayé. Hein ? Je remarquais la scie dans ses mains... J'allais assister à un massacre sans rien faire ? Les sbires passaient en masse près de moi et j'étais plus que perdue. Non, il fallait trouver...

- C'est dans leur immonde idéologie d'être généreux avec les déchets. Mais toi et mon savons très bien où tu appartiens. Saloperie. C'est dans votre idéologie d'être la pire saloperie possible avec des êtres capables de souffrir et pourtant on vous le crache pas à la gueule ! Et c'est dans ton idéologie à toi de n'être qu'une enflure égocentrique !
- Tu sais quoi ? Si tu t'zombifies ça sera qu'un juste retour des choses ! Hein ? C'était bien ça, alors. Je suis mort, fous-moi la paix, bordel ! Bon point. Elle s'acharnait bien trop. Pourquoi... Pourquoi ?! C'est si simple de m'oublier et faut que tu me poursuives à travers la terre entière !! C'est pas les esclaves qui manquent pourtant ?! Si t'avais lâché l'affaire avant, je t'aurais jamais mordu !! Nouveau point et il pointait au passage du doigt quelque chose de tout à fait anormal. Il... Exagérait, n'est-ce pas ? Ça n'était qu' 'un' esclave. Elle n'aurait pas fait tout ç... Puis d'abord, d'où est-ce qu'un lycanthrope est un esclave ?! Il avait tous les traits d'un lycanthrope de souche, un lycanthrope tardif tout au plus, et c'était illégale de réduire un Yōkai en esclavage ! Il y avait là de quoi enfermer Teliia Wolfberg... Légalement ! Attends un peu que je raconte ça à Raito...

- Exterminez-le !
- NON ! Me jetant devant -de toute manière, là où j'en suis, j'ai un peu de mal à m'inquiéter pour ma propre vie- je fis barrage de mon corps. Non, non et non ! Toi, Teliia, tu n'as peut-être pas peur des Berger, mais tu as peur de mon père ! Mes pupilles ternes dans les siennes, ocre, nous nous fîmes face. Teliia poussa un soupir exacerbé.
- Non, je n'en ait pas peur. Maintenant, dégage, où nous imputerons ta mort au zombie. ...Remarque, cela ferait un très bon alibi et résolverait tous tes problèmes. J'ai cru entendre que tu t'étais échappée de l'asile ?
- C'est une menace ? Pas de réponse... Qu'importe. Tu n'as pas peur de Tapion ? Prouve-le. Il fallait vraiment avoir confiance en la réputation de Papa pour tout miser ainsi. Mais je le savais puissant et protecteur. Mais attention ! Car tu vas t'attaquer à sa fille préférée. Je ne joue pas dans la même cour que-
Elle restait silencieuse, réfléchissant certainement au moyen de contourner l'obstacle. Tapion était certainement plus puissant qu'elle et il valait mieux ne pas le provoquer. Ça n'était pas les Berger, provenant de mon côté maternel, mais mon père, vampire originel, qui risquait de la traquer.
- Bien ! Bien- bien- bien ! Teliia applaudit sous mon air consterné. Félicitation ma grande ! Tu t'es trouvé un mari ! Un chien, un rebut, un esclave ! Son ton redevint immédiatement sérieux et menaçant. Si vous n'êtes pas mariés dans la semaine, il n'y aura pas la moindre excuse sur cette planète qui m'empêchera de réclamer la tête de cette chose ! Tu as sept jours. Elle décampa et les assassins aussi. J'en restais effarée. Heu... Pardon ? Elle partait aussi facilement ? Je pouvais le cacher à un endroit où elle ne le retrouvera jamais ! Avait-elle tant confiance en sa faculté à le traquer ? Peut-être un mouchard glissé dans la chair...

Pour l'instant, j'étais physiquement et moralement épuisé. Impossible de quémander du sang au garçon, le sang des morts nous est mortel et il y avait peu de chance qu'il reste quelque chose d'encore liquide dans son corps. Je m'effondrais au sol.

- Pfouuuuu... C'est pas un cadeau, la Teliia, j'en peux plus, moi. Un peu plus et je la traitais de vieille pouffe ! Je souris doucement et redressais la tête. Désolée pour toute cette histoire de mariage. On va essayer de la faire boucler pour mise en esclavage de créatures maîtresse... En attendant, on préparera la cérémonie juste au cas où les Wolfberg font traîner les procédures judiciaires. Ils risquent bien d'essayer, mais ne t'en fais pas: le divorce, ça existe ! On te fera un contrat de mariage en béton, soit-en sûr et puis je ne t'embêterais pas. Je ne suis pas du genre collante. A force de trop parler, j'avais mal à la gorge. Mais la situation m'occupait et m'empêchait de penser à tous ces problèmes. Pour l'instant... Il fallait prendre soin du garçon, surtout. Le reste, bah... On verra bien plus tard !

_________________



Laisse-la derrière uniquement pour la voir ramper
A travers nos sombres jardins d'insanité
Elle sera la lumière qui te guidera au foyer
Si tu offres ce baiser valant raison d'exister


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 349
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Ven 31 Juil - 21:30

...Ouais. Bah après tout, il y aurait pu y avoir pire... Elle aurait pu leur sortir "ramenez-le à la demeure !" ...Là, c'était clair, net et précis. Il allait mourir mais pas sans en emporter quelques uns au passage. Et il allait se battre avec toute la rage qu'il pouvait exercer !
...Sauf que l'idiote s'interposa et il cru vraiment qu'elle allait se faire découper en deux ce coup-ci. Heureusement pour elle, Teliia semblait d'une grande mansuétude à l'égard de sa nièce. C'était étrange, ça ne lui ressemblait pas.
Voilà que l'autre grise invoque son père et que les histoires de famille commencent sérieusement à gonfler le pauvre Kenneth... Un peu plus et il se serait cru dans une de ces séries à l'eau de rose qu'il n'était de toute manière pas autorisé à regarder vu qu'il était censé trimer. Non mais quand même, y'a des limites !

- Non, je n'en ait pas peur. Maintenant, dégage, où nous imputerons ta mort au zombie. ...Remarque, cela ferait un très bon alibi et résolverait tous tes problèmes. J'ai cru entendre que tu t'étais échappée de l'asile ?

Ah... L'HP... Pourquoi ça ne le surprenait pas ? D'un air blasé, il observait la dispute entre les filles. Elles... Comptaient faire ça longtemps ? Non, parce que si on pouvait se dépêcher de l'achever maintenant, il n'aura pas à supporter ça !

- C'est une menace ? Un magnifique vent de la part de Teliia qui déstabilisa la fillette. Il aurait pu en rire si la situation n'était pas aussi dramatique. Qu'importe. Tu n'as pas peur de Tapion ? Prouve-le. Mais attention ! Car tu vas t'attaquer à sa fille préférée. Je ne joue pas dans la même cour que- Bon, c'est qui ce Tapion ? Puis c'est qui sa fille pref... Merde ?
Merde !
Il venait de le réaliser, de s'en rappeler. Tapion c'était le nom du père de Zune ?!
Ouais, Tapion et Furu Raiquiem ! Deux beaux enfoirés ! Et donc ça... Bah c'était logiquement la soeur -ou demi-soeur qu'en avait-il à faire !- de la nana qui avait bien failli le massacrer il y a quelques jours et qui avait foutu Turold dans cet état...
Il avait vraiment, vraiment la poisse, là, ça n'était plus juste de la malchance, c'était de la poisse de compète ! Sur toutes les filles de la planète, fallait qu'il tombe sur la frangine de la rouquine ? Haa, il se haïssait.
Mais le pire était à venir.

- Bien ! Bien- bien- bien ! Il sursauta et, immédiatement, le peu de cheveux qui lui restait s'hérissa sur sa tête. Félicitation ma grande ! Tu t'es trouvé un mari ! Un chien, un rebut, un esclave ! Hein ? Quoi ?! Attends, elle avait pas juste dit que ça prenait pas ?! Non, non, mais il croyait que c'était clair pour tout le monde qu'elle avait jamais dit ça sérieusement ! Lui, épouser une Wolfberg ? Pire ! La soeur de cette immondice... Les insultes de Teliia ne lui faisaient plus ni chaud ni froid mais de lui jeter à la gueule qu'elle acceptait l'idée qu'il se marie avec cette échappée d'asile... Si vous n'êtes pas mariés dans la semaine, il n'y aura pas la moindre excuse sur cette planète qui m'empêchera de réclamer la tête de cette chose ! Tu as sept jours.

Mais tue-moi de suite ! Voulait-il hurler. Mais quelque chose de dingue nommé 'le bon sens' l'en empêcha.
Teliia... Parti ? Oui, c'était tout à fait normal. Elle savait que ce mariage ne se ferait pas et puis était capable de le retrouver où qu'il soit. Cela lui accordait un délai de... Sept jours ? C'est bien sept jours. Le temps de se préparer à dire adieu au monde. Léguer son peu d'affaire à... personne, il n'avait plus d'amis. ...Enfin bref, tout le tintouin.

- Pfouuuuu... C'est pas un cadeau, la Teliia, j'en peux plus, moi. Un peu plus et je la traitais de vieille pouffe ! Elle... Souriait ? Tss, tarée. Lui n'avait pas envie de sourire étant donné la situation. De toute façon, il ne pouvait plus le faire physiquement et ne le voulait plus depuis qu'il avait perdu et Nataku et Turold. Lully... Il s'en était toujours méfié, alors après tout... Il se senti quand même pas mal vexé de la voir en sourire. Désolée pour toute cette histoire de mariage. On va essayer de la faire boucler pour mise en esclavage de créatures maîtresse... Heu... Hein ? Bah tant mieux. Il chercha la sortie qu'il retrouva forcément et s'apprêta à s'en aller. En attendant, on préparera la cérémonie juste au cas où les Wolfberg font traîner les procédures judiciaires. Ils risquent bien d'essayer, mais ne t'en fais pas: le divorce, ça existe ! On te fera un contrat de mariage en béton, soit-en sûr et puis je ne t'embêterais pas. Je ne suis pas du genre collante. Heu.... Quoi ?! Elle disjonctait totalement. Kenneth leva le regard au plafond.

- Nan mais qui t'as dit que je voulais t'épouser ?! Plutôt crever. Pas forcément qu'elle était laide, juste qu'elle était franchement chieuse à croire qu'il épouserait la sœur de Zune. Allez, bon débarras et merci du sursis... Levant le bras en guise d'adieu, fixant la sortie avec délectation, il trébucha sur un caillou de bonne envergure trainant là et y laissa pied et tibias pendant que le reste du corps valdinguait et s'écrasait lamentablement au sol qu'il bouffa sans modération. Rah, fait chier ! Aide-moi s'il te plait.

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Ven 31 Juil - 21:47

La tête pleine de plans, je ne tardais pas à me sentir mieux. Oui, aider, tout ce que je pouvais faire. De toute façon, il n'y avait que ça dont j'étais capable pour l'instant, hormis détruire et tuer. C'était une bonne chose que de...

- Nan mais qui t'as dit que je voulais t'épouser ?! Plutôt crever. Je restais bouche-bée face à des propos aussi insolents... Insolents, j'ai dit ? Salops oui ! Je venais de me battre pour lui, de me rebeller contre ma propre famille, et c'était ainsi qu'il me remerciait ?! Mais qu'il aille se prendre un pieu dans le c... Allez, bon débarras et merci du sursis...
- Va te faire foutre, enfoiré de merde ! Hurlais-je à plein poumons et d'une voix suraigue, plus que chamboulée par un telle retour de situation. C'était attendue, celle-ci se brisa à la fin de ma phrase et le reste des insultes se dit de manière aphone. Lorsque je me rendis compte qu'il n'entendait donc pas les mots viles que je lui jetais au visage -enfin, plutôt dans le dos car il me le tournait- je me mis à pleurer chaudement.

- Rah, fait chier ! Aide-moi s'il te plait.

Pardon ?
Me redressant d'un geste vif et nerveux, je vis le zombie a moitié démembré, une jambe ici et le reste du corps par là. Une mine sadique teinta mes traits. Bien fait, pauvre connard.
Mais c'est qu'il espérait de l'aide, en plus ! Alors si tu tiens tellement à être relevé, explique-moi ce qui ne vas pas chez moi, hein ? Tu es trop bien pour moi ? Vas-y, dis-le ! Je suis fade ? Folle ? Écœurante ? Chiante ? Allez, j'attends ! Mais il restait coi et à vrai dire j'aurais eu beaucoup de mal à lui communiquer ma pensée. Du coup, je m'approchais de lui, attrapais sa jambe... Et parti avec.
Bah oui, fallait pas me chercher. Elle me sera utile plongée dans de l'acide... En attendant, je pense bien qu'il y a un laboratoire caché en Dreadful, puisqu'en Dreadful je suis. Si je peux effectivement retourner au Cinq Flèches, j'aurais au moins de quoi tenir quelques jours avant de rentrer chez moi. Revoir Raito devenait un besoin urgent et un peu de réconfort chez Oni ne sera pas de refus non plus. Je me sentais affreusement complexée.

suite ?

_________________



Laisse-la derrière uniquement pour la voir ramper
A travers nos sombres jardins d'insanité
Elle sera la lumière qui te guidera au foyer
Si tu offres ce baiser valant raison d'exister


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
est mon nom en ces limbes
Infos de base
Fiche RPG
MessageSujet: Re: How are You ?

Revenir en haut Aller en bas

How are You ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreadful ; Zombies & Autres Décédés :: Le Village :: Zone Commerciale-