Hellcome on Dreadful!
Hansel & Gretel
Administrateurs
Profil - MP
Quand la mort n'est pas là, les zombies dansent
- Dans ce monde envahi par des créatures plus étranges les unes que les autres, les Zombies avaient décidés de vivre en paix, il y a déjà quelques décennies. Mais le pouvaient-ils vraiment ? Pour ces êtres, la seule présence d'un être au sang chaud créait chez eux une irrépressible envie de viande fraîche ! Le cerveau, organe succulent s'il en est, eut donc tôt fait de menacer la paix qu'ils avaient cherchés à obtenir. C'est alors qu'une décision extrême fut prise : Les Zombies allaient s'exiler sur une île déserte, rien qu'à eux, et vivre en autarcie ! Ainsi fut créée Dreadful, l'île des morts-vivants !


 

Partagez|

How are You ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 353
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: How are You ? Jeu 30 Juil - 9:50

Shina… Pardonne-moi.
La lumière étreignant l’ombre, le serpent dévorant la chair. Je soupire, je transpire. Autour de moi la glace me dévore, je me débats en vain. Il n’y a rien à sauver, j’entends mon propre hurlement servir d’écho à la nuit.
Effrayée, horrifiée, les mains couvertes de sang, je tente à nouveau de me jeter dans ce sombre délire qui m’empêche de faire face à la réalité. Mais Mistigri est là, et Shina aussi, et tous ceux qui ont étés fauchés par mon comportement égoïste. Opal est là aussi, de son sempiternel regard sévère, il me juge. Je détourne la tête.
Lorsque je finis par reprendre mon souffle, il n’y a plus rien autour de moi. J’halète, épuisée. Des murs épais ont succédés aux pièces capitonnées. De la pierre… Mon visage collé contre. Mes mains… Déliées ? Les manches pendent lourdement, la camisole est détruite. Je souris d’un air éploré. Il y a… Du sang ? Dans la pièce ?

‘Il est temps que tu payes pour tes crimes

C’est ma voix, je sursaute. Qui est là ? Montrez-v… J’ai mal aux yeux, ils me brûlent. La main d’Opal sur mon épaule, le sang qui perle de ma bouche. Une scie s’écroule au sol, je m’effondre à son endroit. La pierre s’est incrustée dans mon visage.

Pensais-tu que je te lâcherais comme ça ? Ha. Tu es pitoyable, ma chère.

Je ne le savais pas ? Depuis toutes ces années, à fuir ces horreurs, à torturer, tuer, déchiqueter, faire résonner la lente symphonie du sang et des cris aigus, fredonner sur l’air de l’agonie… Les mains et pieds liés, à accomplir chaque nuit ce rituel de peur de voir s’effriter les seuls personnes tenant encore à moi.

‘Je ne voulais pas ça… Ils les menacent, tu sais. Si je pars, si je pars sans- mou-r-…. ILS VONT LES TUER TOUS JUSQU’AU DERNIER !!

Recroquevillée sur moi-même, mes ongles trouvent tout naturellement leur chemin vers mes yeux et je réalise la provenance de ma douleur quotidienne. Oui, j’ai recommencé cette terrible habitude. Ah, le liquide poisseux sur mes doigts…

Je n’ai jamais eu le choix.
Et Jûmon est là aussi, aux côtés d’Opal.
Un geste en sa direction, à lui dont j’avais rêvé…

De ta faute.
De ma faute.

Je les ai tous tués, suis-je la mort elle-même ou une de ses incarnations ?
Tu es une catastrophe ambulante.
Aide-moi !

J’ai mal au cœur, à me l’arracher. J’ai mal aux bronches également, je ne peux plus respirer. Ma tête… Devrait être découpée, elle ne me servirait à rien mais tu sais, j’ai peur de mourir. Même si cela implique de tous les tuer, je ne veux pas…
Finir.

Ce feu brûlant qui m’enflamme les pupilles, les cris terrifiés de ma sœur tombant au sol, convulsant, dévorer par l’élément purificateur. Mon père adoré à ses côtés…. Ce regard insane sur ses traits. Je recule, je me cache dans le couloir. J’ai peur.
Je ne peux pas la sauver, j’ai si peur !
Et s’il venait à me tuer moi aussi ?

Zune !!

Pourquoi suis-je si lâche ? Pourquoi garder ce secret ? Pourquoi ne pas mourir ? Un coup de tournevis dans le crâne, faire retourner et sauter le cerveau…

‘Trancher la tête. Comme à cette époque, ma chère.

NON !!

Eclair de lucidité. Je le chasse. Autour de moi, la pièce brune, dévorée par la rouille. Où est-ce ? Qu’importe. Des gémissements. Les mie… Pas les miens. Elle est là, la chose rouge, rongée par le sang, brisée. Les membres brisés !!
La scie au sol…
Qu…. PARDON !
Je me lève, je retourne. Me soulève, succombe. La porte… Fermée, serrée… Je tente de la forcer, frappe dessus autant que possible, je hurle, je scande… Que quelqu’un ouvre !!

_________________



falling in love, a hard decision
saying things like, "I will protect you."
making the same promise during each end
will you crumble painfully?

it's okay if it's true love
-Ai no Shiren!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 353
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: How are You ? Jeu 30 Juil - 10:21

Trop de lumière. J’ai mal aux yeux. Ces lampes dirigées vers moi… Ils viennent me chercher ! Non !! Eloignez-vous ! Allez-vous en !! Démons !
Je recule, je pleure. Je ne saisis plus rien mais je reconnais pourtant… Ce garçon, oui, je l’ai connu. Il est bon. Il peut m’aider.
Je m’approche, m’agrippe à lui de mes yeux jaunis. J’essaie, parmi les murmures qui résonnent dans ma tête, de m’emparer des bons mots. Les yeux brisés dans les siens que je n’aperçois pas, je murmure des ordres incohérents, cherchant à tout prix à grimper sur lui pour rester à sa hauteur. Mes jambes ne me supportent plus.
Il faut que les yeux entrent en contact sinon il ne m’écoutera pas !!

‘Ramène-la au Cinq Flèches… Membres prêts… Transplantation. Je tousse, je m’étouffe. Du sang, des filaments sanglants. C’est effroyable ce qui sort de ma bouche, je le lâche et retombe, occupée à trembler face à ce que mes lèvres laissent échapper. Meurtre… Mist…. Non !!
Je ne l’ai pas tué.
Je ne l’ai pas…
C’est pas vrai !

Je le voulais, je le souhaitais, je l’espérais mais je-
PARTEZ !!

Me suis-je seulement levée ? Je suis à genoux, blessée. Je me suis fait mal… Quelque part. Autour de moi, le vide, immense, prêt à m’absorber.
Plus personne.
Pas même le cadavre.
Pas même…

Je pleure.

_________________