Hellcome on Dreadful!
Hansel & Gretel
Administrateurs
Profil - MP
Quand la mort n'est pas là, les zombies dansent
- Dans ce monde envahi par des créatures plus étranges les unes que les autres, les Zombies avaient décidés de vivre en paix, il y a déjà quelques décennies. Mais le pouvaient-ils vraiment ? Pour ces êtres, la seule présence d'un être au sang chaud créait chez eux une irrépressible envie de viande fraîche ! Le cerveau, organe succulent s'il en est, eut donc tôt fait de menacer la paix qu'ils avaient cherchés à obtenir. C'est alors qu'une décision extrême fut prise : Les Zombies allaient s'exiler sur une île déserte, rien qu'à eux, et vivre en autarcie ! Ainsi fut créée Dreadful, l'île des morts-vivants !


 

Partagez|

Star-Crossed Haters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 354
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: Star-Crossed Haters Ven 31 Juil - 23:03

précédent ?


Arrivant au laboratoire, j'ouvris sans soucis la porte grâce à mon code d'accès. Errant dans les salles, je finis par tomber nez à nez avec une succube qui, après m'avoir accueilli de manière assez sèche, fini par se calmer en me voyant capable de débiter mon numéro d'identification sans flancher. Mes vêtements ne payent pas de mine, me dit-elle, mais au moins elle avait la preuve que je n'étais pas une intruse.
Elle parlait dans la langue d'Our Lands, mais son langage datait un peu. Je n'hésitais pas à en conclure qu'elle était puissante et possédait certaines ressources dont il valait mieux ne pas se jouer.
Nous trainâmes quelque peu dans les couloirs, le temps qu'elle me montre où je pourrais me laver et appeler du secours -il était pour elle grand temps que je rentre sur mon continent- puis celle-ci finit par me demander d'où venait la jambe que je trimbalais.

- Ah, ça... Marmonnais-je en regardant le membre putréfié. Je l'ai volée à un imbécile. La succube haussa les épaules avant de me laisser face au téléphone, dans l'espace de documentation. Je trouvais le principe loufoque: si on va en salle de documentation, c'est pour se documenter, non ? Pas pour être sans cesse dérangé par la sonnerie du téléphone...
Un peu réticente à appeler de suite mon laboratoire ou même un membre de la famille, je trouvais préférable de m'installer tranquillement et de lire les détails de leurs recherches. La jambe était tranquillement posée à côté de moi et bien que l'odeur me gênait un peu, je savais y faire abstraction.

La lecture n'avait rien de passionnante, au contraire. Leurs travaux pataugeaient, ils n'arrivaient à rien, tournaient autour du pot. Je baillais sans retenue et ferma l'ouvrage. Le sommeil commençait à me gagner, heureusement, les fenêtres étaient équipés de verres filtrant les rayons du soleil. Quand un seul éclat peut vous mutiler à jamais, vous apprenez vite à les reconnaître, croyez-moi ! Du coup, je pouvais me permettre de m'endormir.
La journée passa dans un sommeil rare, moi qui n'arrivait jamais à le trouver. Mais il était lourd et sans le moindre rêve. Lorsque j'ouvris les yeux, éveillée en sursaut, ils étaient gorgés de perles rouges. Je les essuyais, honteuse et cherchais la source de ce réveil abrupt.
Quelqu'un était entré dans la pièce et me faisait face..

Ce quelqu'un, je le connaissais bien pour avoir sa jambe qui attendait, appuyée contre mon fauteuil.

- A... Attends ! Je suis désolée pour ta jam... Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?! C'est un laboratoire, pas un moulin à vent !

_________________