Hellcome on Dreadful!
Hansel & Gretel
Administrateurs
Profil - MP
Quand la mort n'est pas là, les zombies dansent
- Dans ce monde envahi par des créatures plus étranges les unes que les autres, les Zombies avaient décidés de vivre en paix, il y a déjà quelques décennies. Mais le pouvaient-ils vraiment ? Pour ces êtres, la seule présence d'un être au sang chaud créait chez eux une irrépressible envie de viande fraîche ! Le cerveau, organe succulent s'il en est, eut donc tôt fait de menacer la paix qu'ils avaient cherchés à obtenir. C'est alors qu'une décision extrême fut prise : Les Zombies allaient s'exiler sur une île déserte, rien qu'à eux, et vivre en autarcie ! Ainsi fut créée Dreadful, l'île des morts-vivants !


 

Partagez|

Everything about You {Sixième nuit (Izzy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Ken Wolfberg
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 348
Profession : Assistant au laboratoire 5Flèches
Cerveaux : 64
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
35/100  (35/100)
Alignement: Chaotique Neutre
MessageSujet: Everything about You {Sixième nuit (Izzy) Ven 18 Sep - 21:14

Lui qui n'avait jamais aimé sentait désormais son cœur se tordre à l'instant des Adieu. Le sentiment d'oppression sur sa poitrine allait s'accentuant alors qu'elle proférait les mots l’anéantissant.

Devait-il ? Devait-il se jeter dans ses bras et lui avouer son regret ?-Oh, sa stupidité ! Elle était là, si proche et si troublante qu'il lui semblait pouvoir disparaître dans ses bras, la chaleur de son étreinte lui apparaissant comme un espoir déchu supplémentaire. Mais il avait besoin d'elle ! La vérité lui était apparue, sordide. Il ne pourra pas passer seul le peu de temps lui restant. Pas maintenant qu'il en était... maintenant qu'il...

La douleur aurait maculé ses traits mutilés si les muscles de son visage avaient été encore en correcte état. La démence l'empoigna alors qu'elle se détournait, s'évanouissant à jamais dans la poussière soulevée par l'hélice de l'hélicoptère. Perdant le contrôle, oubliant sa fierté si chère, retenant un gémissement, sa main se tendit vers la dame aux yeux si semblables aux siens, agrippant sa manche, balbutiant des mots difficilement articulables. 'J'ai changé d'avis'.

C'était proféré avec dévotion, c'était proféré avec une souffrance sans nom, le désespoir de celui qui n'a rien et qui, éventré par l'idée déchirante d'un rêve illusoire, se jette sur la dernière étincelle illuminant les ténèbres mortels.
Kenneth se senti idiot, infiniment stupide et vermisseau. A genoux, ou presque, son regard plongeant dans celui de la vampire, il attendit, tourmenté, de longues secondes d'agonie. Qu'avait-il fait ? Se lancer ainsi à terre ne lui ressemblait pas. Il en avait peur. Il était terrifié. Si elle le rejetait, il la tuerait certainement. Non, il n'était pas fait pour subir cette ultime humiliation, pas maintenant qu'il avait décidé d'ouvrir son cœur à cette créature filiforme !
Il lui en voulait pour ce qu'elle le forçait à subir, mais il n'arrivait pas à la haïr. A cet instant précis, il n'éprouvait que le besoin de cette présence s'étant imposée à lui durant cette, au fond si courte, semaine. L'esclave avait perdu l'habitude d'être seul. Quelque chose à l'intérieur de sa tête l'insultait et lui révélait la futilité de cette entreprise. Un échec supplémentaire à ajouter au tableau, rien de ce qu'il entreprenait n'était destiné à lui apporter ce qu'il cherchait. Elle le trahirait, elle le tuerait. Elle l’achèvera ici-même d'une parole traîtresse, vicieuse et violente. Alors, pourquoi, s'il était sûr de sa réponse, tremblait-il ainsi...? Il échouait à garder sa contenance et s'enfonçait de plus en plus dans une honte ignoble alors que les secondes passaient dans une terrible attente. Il ne pouvait fermer les yeux, en attente du coup, il le supportera, immuable mais c'était ce silence qui l'achevait ! D'un soupir, il se rétracta. 'Non, laisse. Vas-y, dégage.'

_________________


Le sceau hérétique au delà du divin
Une prière à un dieu qui ne fait rien
Derniers sacrements pour des âmes brûlantes
Trois petits mots et une question lancinante

Love's the funeral of hearts
And an ode for cruelty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Izzy Berger
est mon nom en ces limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseAge : 352
Profession : Scientifique
Cerveaux : 21
Fiche RPG
Personnage
Inventaire:
Décrépitude:
100/100  (100/100)
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: Everything about You {Sixième nuit (Izzy) Ven 18 Sep - 21:35

Je me sentais lourde et un peu triste. C'était l'heure du départ et je ne suis pas tellement une personne faite pour les adieux. Je tentais un sourire, histoire que l'on ne se quitte pas en trop mauvais termes. L'histoire avait très mal commencée, mais elle se finissait sur cette note douce-amère qui me faisait me sentir terriblement mal. J'avais échoué quelque part, j'en étais sûre, mais je ne savais toujours pas ce que j'aurais dû changer dans notre aventure pour que cela se termine autrement. Qu'il ne veuille pas, c'était un fait, au moins avions-nous tous deux occupés notre semaine. Quelque part, je ne le regrettais pas tellement. Certes, il y aura tout ce qu'impliquait cet ultimatum fichu avec Teliia, mais je m'étais changé les idées du tout au tout. Pour une fois, je n'avais pas passé mes journée à pleurer, recroquevillée sur moi-même ou dans les bras d'un amant destiné à mourir. Non, et je suis fière de l'avouer!, j'avais dormi. Je m'étais endormi chaque matin en pensant que la nuit précédente avait été plaisante, ou du moins assez tonifiante pour garder éveillé mon esprit.

Mais il fallait partir. Le laboratoire avait envoyé un hélicoptère pour venir me chercher, ce qui n'était pas si mal étant donné qu'ils auraient pu me laisser pourrir ici. Le vent crée par les hélices faisait s'envoler la neige alentour, créant une tempête de flocons tout autour de nous. Je m'apprêtais à m'accrocher à l'échelle qu'ils m'avaient jeté, ne lançant pas même un au revoir de peur de regretter ces paroles. Il s'en sortira. Il était encore plus fort qu'il ne le laissait paraître. Tout en gardant ce faux-air paisible, j'avançais la main vers l'échelle mais le vent artificielle l'éloigna loin de ma main au moment même où l'on se saisi de mon bras.

- J'ai changé d'avis. Muette de stupeur, je l'observais en recherche d'une blague quelconque. Mes lèvres entrouvertes cherchaient désespérément les mots alors que mes yeux luttaient contre des larmes pointant. Hein ?
Comment osait-il me dire cela ainsi, me regardant en face ? Ce garçon... Cet homme... Arrivait ce soir encore à me faire mal au cœur à en hurler. Il n'avait aucune raison d'avoir changé d'avis ! Qu'il reste ici, les choses avaient bien trop changées depuis pour qu'il ose me sortir une telle phrase ! Le marché n'était plus d'actualité ! ...Pas après ce qui s'était passé.
Non, non, non ! C'était mauvais ! Et bien plus que ça encore ! Il m'avait jeté comme une malpropre, m'avait ô combien de fois rappelé que ses sentiments à mon égard étaient plus secs que des cendres et je devrais, suite à un piètre mouvement d'égocentrisme et de self-pitié, revenir sur nos positions respectives et accepter une mascarade qui n'avait réellement que peu de chances de le sauver ?
Mes larmes s'étaient mises à couler sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit. Percluse de honte, de haine et de rage, j'en tremblais, impuissante. Poings et dents serrées, je tentais sans succès de l'envoyer balader et ne réussi qu'à me retourner pour cacher tant que possible mon désarroi.

' Non, laisse. Vas-y, dégage. '

Que répondre à cela ? Que rétorquer lorsqu'on piétine votre estime avec toute la méchanceté du monde ? Lui lançant un regard noir, lui décochant une claque bien sentie, je rattrapais l'échelle d'un geste vif et en grimpais les deux premiers échelons.

- Avec plaisir. Articulais-je distinctement de ma voix brisée. Je te souhaite de crever. Montant le reste, j'attendis d'entrer dans l'hélicoptère et de m'être assise pour me laisser aller. J'éprouvais une sensation rarement connue, une rancœur qui me donnait envie de briser et de tuer. Je me mordis la langue, pinçait les lèvres, attendait d'une impatience rare mon arrivée. Je n'avais qu'une envie: rentrer, ne parler à personne. Être seule, au calme, tranquille. Mettre autant de distance que possible entre moi et ce vaurien.

_________________



Laisse-la derrière uniquement pour la voir ramper
A travers nos sombres jardins d'insanité
Elle sera la lumière qui te guidera au foyer
Si tu offres ce baiser valant raison d'exister


Revenir en haut Aller en bas

Everything about You {Sixième nuit (Izzy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreadful ; Zombies & Autres Décédés :: Les Alentours :: Le Champ de Citrouilles-